Le milieu de la recherche : prêt à l’action durant la pandémie de COVID-19

La pandémie de COVID-19 a mis en lumière l’importance du rôle que jouent les laboratoires canadiens quand vient le temps d’aider les équipes de recherche à s’attaquer à des crises mondiales. Non seulement les chercheuses et les chercheurs en santé étaient outillés et prêts à contribuer aux efforts mondiaux visant à mettre au point et à tester des vaccins, mais les experts de bien d’autres disciplines étaient aussi prêts à mettre en commun leurs connaissances sur les mesures et les politiques sociales nécessaires pour limiter la propagation de la COVID-19.

Les chercheuses et les chercheurs en psychologie ont proposé des méthodes novatrices permettant de préserver la santé mentale face à l’augmentation du niveau de stress. Les leaders en technologie de l’éducation ont mis de nouvelles options à la disposition des parents et des conseils, commissions et centres de services scolaires qui faisaient des pieds et des mains pour enseigner en mode virtuel. Les scientifiques et les ingénieurs des matériaux ont réoutillé l’équipement de laboratoire et travaillé avec le secteur privé à la fabrication de fournitures médicales qui faisaient cruellement défaut.  

Depuis plus de 20 ans, le Canada investit dans l’établissement d’une solide assise de laboratoires, d’équipement et d’installations de pointe dans les collèges et les universités de tout le pays. Le fait que ces laboratoires soient prêts à mener leurs activités dans les circonstances les plus urgentes démontre la prévoyance du Canada et sa volonté d’investir dans la recherche qui profite à tous.  


Réflexions sur la recherche​
Dans son blogue, innovision, la présidente-directrice générale, Roseann O’Reilly Runte, nous fait part de son point de vue sur la réalité qui suivra la pandémie

Des Canadiens soutiennent la lutte contre le coronavirus – Un salut aux chercheuses et aux chercheurs qui ont répondu à l’appel en intervenant rapidement face à la COVID-19

Travailler aux temps de la pandémie – Alors que nous nous acclimatons à travailler à domicile, la collaboration, surtout dans le domaine de la recherche, est plus importante que jamais

Un moment propice à la réflexion – Un rappel pour nous arrêter et revoir comment nous vivons et faire en sorte que la « nouvelle normalité » soit meilleure que l’ancienne

Planifier pour un avenir meilleur – Au lieu d’analyser de façon critique les gestes ou l’inaction des leaders sur leur façon de lutter contre la pandémie, nous devons apprendre et planifier dans l’espoir d’un avenir meilleur

#GoLaRecherche
Découvrez comment les scientifiques qui travaillent dans les installations financées par la FCI répondent à l’appel et prêtent main forte pendant la pandémie de COVID-19. Réalisées en collaboration avec des établissements de recherche financés par la FCI, ces capsules vidéo racontent comment l’expertise et les idées des grands esprits du pays sont source d’espoir. En voici quelques exemples :

Les interactions virus-hôte
Karen Mossman et Arinjay Banerjee de l’Université McMaster faisaient partie des équipes du Centre des sciences de la santé Sunnybrook, de l’Université de Toronto et de l’Université McMaster qui ont réussi à isoler le SRAS-CoV-2, l’agent responsable de l’éclosion de l’actuelle COVID-19. Ils mènent en ce moment des études sur les interactions virus-hôte.


La santé mentale des travailleurs de la santé pendant la pandémie
Chris Feehan de l’Université de la Colombie-Britannique décrit les travaux de recherche actuels menés par Neuroethics Canada en vue de cibler et d’atténuer le stress traumatique chez les travailleurs de la santé pendant la pandémie de COVID-19.


Se rendre directement utile auprès des familles en difficulté
Delphine Collin-Vézina, directrice du Centre de recherche sur l’enfance et la famille de l’Université McGill, présente une initiative de recherche qui vise à documenter les problèmes de santé physique et mentale causés ou aggravés par la COVID-19 chez les enfants, les adolescents et les parents vulnérables, et à soutenir les intervenants qui offrent des services à ces personnes.


Concevoir un respirateur facile à fabriquer pour combattre la COVID-19
Lauréat d’un prix Nobel et professeur émérite de l’Université Queen’s, le Canadien Art McDonald, assisté d’une équipe internationale, décrit leurs efforts pour concevoir un respirateur fiable et facilement adaptable à la fabrication rapide dans le monde entier.

Les installations du Navigateur réagissent à la COVID-19
Le Navigateur d’installations de recherche est notre répertoire en ligne des installations de recherche qui collaborent avec des partenaires du secteur privé, des universités et des gouvernements. Un grand nombre de ces installations ont réagi à la pandémie en adaptant leurs activités pour mieux contribuer à la lutte contre la COVID-19.

Oleotek, à titre d’exemple, un centre de recherche et de transfert technologique situé à Thetford Mines, au Québec, a transformé son usine de production de procédés chimiques pour fabriquer du désinfectant pour les mains destiné à un hôpital régional, en collaboration avec deux entreprises locales, Prolab Technolub inc. et Solutions Chemco.

Le Centre d’innovation en fabrication de pointe Walker du Collège Niagara, à Welland, en Ontario, en collaboration avec le fabricant local Jay-Line, s’est lancé dans la fabrication de milliers de visières servant à protéger les travailleurs de première ligne. Les membres de leur équipe ont aussi joint leurs efforts à ceux des chercheuses et des chercheurs de l’Université McMaster en mettant au point des laryngoscopes conçus par impression 3D qui facilitent l’intubation des patients atteints de la COVID-19 ayant besoin d’assistance respiratoire.

Depuis la contribution à la mise au point d’un vaccin jusqu’à la conception de respirateurs plus performants en passant par la production d’équipement de protection individuelle destiné aux travailleurs de première ligne, de nombreuses installations répertoriées dans le Navigateur contribuent intensivement à protéger la santé et la sécurité de la population canadienne.   

Installations de recherche nationales à pied d’œuvre
Un grand nombre d’installations de recherche nationales complexes majeures, par l’entremise du Fonds des initiatives scientifiques majeures de la FCI, ont adapté leurs activités de recherche pour s’attaquer à la pandémie mondiale. En voici quelques exemples :

  • SNOLAB, un laboratoire scientifique souterrain qui se spécialise dans la physique des neutrinos et de la matière noire à l’Université Queen’s, met à profit son expertise en traitement des gaz et systèmes de surveillance employée dans des expériences sur la matière noire, pour concevoir un respirateur simplifié;
  • Érudit, une base de données en ligne réunissant des publications canadiennes en sciences humaines, dirigée par l’Université de Montréal, permet la consultation d’articles universitaires qui traitent des conséquences sociales, environnementales et économiques de la pandémie;
  • CGEn, la plateforme canadienne de séquençage et d’analyse du génome, dirige le projet national de séquençage du génome hôte de la COVID-19, qui prévoit le séquençage du génome de 10 000 Canadiens pour comprendre comment le corps humain réagit à la maladie;
  • Le Réseau canadien des Centres de données de recherche, dont le siège est à l’Université McMaster, mène de front plusieurs projets de recherche en sciences sociales pour comprendre les effets de la pandémie sur la société, le marché du travail et l’économie;
  • Le Centre canadien de rayonnement synchrotron de l’Université de la Saskatchewan a mis en place trois volets de recherche liés à la COVID-19, soit la conception de médicaments, l’étude du comportement physique et de la transmission du coronavirus, et l’amélioration de l’équipement pour les travailleurs de première ligne;
  • Le Centre de phénogénomique a collaboré avec Sinai Health Systems à la simplification du processus de stérilisation de l’équipement de protection individuelle, notamment les masques N95;
  • CMC Microsystèmes, qui gère le Réseau national de conception du Canada, a collaboré avec des chercheuses et des chercheurs de tout le pays à la fabrication d’un dispositif qui détecte la COVID-19 grâce à la technologie optique.

La réponse de la FCI à la COVID-19 

Quand la pandémie de COVID-19 s’est manifestée, la FCI a pris des mesures pour faire en sorte que les laboratoires de recherche du Canada demeurent en tête du peloton. 

Fin février 
Le personnel responsable des programmes de la FCI commence à restructurer les 91 réunions des comités d’experts comptant 349 experts de 23 pays pour le concours du Fonds d’innovation 2020, gardant ainsi le concours de 400 millions de dollars sur la bonne voie pour les décisions du conseil de novembre 2020, tout en préservant l’intégrité du processus d’évaluation. 

16 mars 
Les bureaux de la FCI au centre-ville d’Ottawa ferment leurs portes et le personnel de la FCI entreprend le travail à distance. 

20 mars 
La FCI prend des dispositions en vue de permettre un soutien à la rémunération pour le personnel de recherche des installations financées par la FCI qui a été temporairement réaffecté à la recherche sur la COVID-19. 

23 mars 
Le premier ministre Justin Trudeau annonce l’octroi de plus de 11 millions de dollars du Fonds des initiatives scientifiques majeures à VIDO–InterVac, qui cherche à mettre au point un vaccin contre le nouveau coronavirus. 

3 avril 
La FCI fournit jusqu’à 5 millions de dollars pour optimiser les services de recherche offerts par VIDO-InterVac à la communauté de recherche nationale dans la lutte contre la COVID-19. 

7 mai
La FCI lance la campagne #GoLaRecherche.

8 juin 
La FCI lance un concours pour investir jusqu’à 25 millions de dollars du Fonds des occasions exceptionnelles dans des travaux de toutes les disciplines en lien avec la COVID-19 dans des universités et des hôpitaux de recherche au Canada

15 juillet 
Lancement d’un deuxième concours du Fonds des occasions exceptionnelles pour investir 2 millions de dollars dans la recherche en lien avec la COVID-19 dans les collèges, les écoles polytechniques et les cégeps