Historique

Le succès de la FCI repose sur un principe simple – donner aux chercheurs les outils dont ils ont besoin pour voir grand et mener des activités de recherche de calibre mondial.

Depuis 1997, les Canadiens ont bénéficié directement de l’effet transformateur des investissements publics dans l’infrastructure de recherche. Ces investissements se sont traduits par des percées en recherche dans des secteurs tels que la santé, les ressources naturelles, les technologies de l’information et des communications et l’environnement.  

Nos origines

Dans un balado, nos fondateurs racontent comment la vision de la FCI a pris forme.
 

Déroulez le fil de notre histoire

Parcourez quelques-uns des moments marquants de notre histoire et prenez connaissance des découvertes révolutionnaires rendues possibles grâce au financement de la FCI.

*Télécharger un fichier PDF des jalons chronologiques

Un modèle novateur

En avril 1997, la Fondation canadienne pour l’innovation est constituée en vertu d’une loi du Parlement. Une équipe composée de représentants des trois conseils subventionnaires fédéraux et d’Industrie Canada est alors formée pour faciliter son lancement. La création d’un organisme autonome à but non lucratif ayant pour mandat de financer l’infrastructure de recherche FCI représente une approche novatrice en vue de renforcer la capacité de recherche du Canada.

Un départ fulgurant

Pendant sa première année d’existence, la FCI lance une consultation nationale sur les programmes proposés auprès de la communauté de chercheurs, des gens d’affaires et des gouvernements. La réaction est enthousiaste. La FCI frappe juste : les chercheurs canadiens sont encouragés et remplis d’un optimisme qu’on n’avait pas vu depuis des années. La perspective de mener des recherches de pointe au Canada devient réalité. La FCI affecte quelque 400 millions de dollars au financement de projets. Dès 1999, elle avait reçu près de 800 demandes de financement totalisant 1,2 milliard de dollars.

En 1997, les besoins en financement de la recherche sont si importants qu’il aurait été facile de se limiter à combler les manques sans se fixer des objectifs à long terme. Toutefois, la FCI s’était donnée pour vision d’avoir une incidence durable sur l’ensemble du pays. Dès le début, nous avons cherché à améliorer la compétitivité, la prospérité et la qualité de vie au Canada en investissant dans des infrastructures de recherche de calibre mondial.

Inverser l’exode des cerveaux et bâtir des partenariats

Les débuts de la FCI sont marqués par deux grands thèmes. D’abord, la FCI entend inverser l’exode des cerveaux qui pousse les chercheurs les plus brillants et les plus talentueux du Canada à partir à l’étranger où il est plus facile d’obtenir du financement pour poursuivre leurs travaux. En 2002, il est clair que la FCI a des effets bénéfiques. Une étude indépendante révèle qu’environ 40 pour cent des 1200 nouveaux chercheurs recevant du financement de la FCI faisaient carrière à l’étranger avant d’accepter leur premier poste de professeur au Canada.

Très tôt, la FCI a reconnu l’importance de la collaboration et des partenariats solides pour assurer son succès. La création du tout premier réseau pancanadien de calcul de haute performance et les efforts nationaux pour séquencer le coronavirus qui serait à l’origine du syndrome respiratoire aigu sévère, en sont deux exemples éloquents. En 2003, la FCI lance le Fonds des hôpitaux de recherche pour accroître la capacité du Canada de mener des activités de recherche de calibre mondial dans des domaines névralgiques de la santé. Ce fonds vise des projets d’infrastructure d’envergure qui adoptent une approche plus intégrée et multidisciplinaire de la recherche médicale et englobent la recherche biomédicale et clinique, les services de santé et la santé de la population.

En mars 2006, la FCI avait investi près de 3 milliards de dollars dans plus de 4600 projets; dix ans plus tard, elle a engagé plus de 6,6 milliards de dollars dans près de 10 000 projets qui couvrent toutes les disciplines de recherche. Des bases de données aux microscopes électroniques, des séquenceurs génétiques aux réseaux numériques à grande échelle, des navires de recherche océanographique aux installations de physique des particules de calibre mondial, ces projets sont de tailles et complexité multiples.  

Un avenir prometteur axé sur l’innovation

Au cours des prochaines décennies, les chercheurs canadiens feront partie d’un mouvement mondial d’innovation technologique, médicale, sociale et commerciale sans précédent à l’échelle planétaire. Alors que la FCI se tourne résolument vers l’avenir, la collaboration — entre les chercheurs, entre les secteurs et entre les nations — n’aura jamais été aussi importante.  Les installations de calibre mondial et l’équipement de pointe que finance la FCI deviendront progressivement des carrefours de partenariats, des foyers de découvertes scientifiques et des lieux de formation pour la prochaine génération de chercheurs et d’entrepreneurs.

Tout cela constitue une infrastructure du savoir qui contribue à mettre la recherche au service des collectivités.