Article

Moderniser les installations de bioconfinement du Canada

Grâce à un investissement de plus de 127 millions de dollars du gouvernement, les installations en sciences biologiques du Canada demeureront à la fine pointe de la technologie

OTTAWA, ONTARIO ‒ La pandémie de la COVID-19 nous a appris que pour lutter contre les problèmes de santé mondiaux émergents, nous devons rester à l’avant-garde de la recherche. Au Canada, il s’agit de doter les chercheurs et chercheuses en sciences biologiques d’outils haute performance, d’espaces de recherche novateurs et d’installations de bioconfinement qui leur permettront de concrétiser leurs idées, depuis le moment où elles prennent forme jusqu’à la commercialisation, en passant par toutes les phases du développement. Or, très souvent, il faut des équipements spécialisés pour que la recherche sur les maladies infectieuses puisse être menée en toute sûreté.

Dans cette optique, l’honorable François-Philippe Champagne, ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, a annoncé aujourd’hui l’octroi de plus de 127 millions de dollars par l’entremise de la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI) afin de moderniser huit installations de bioconfinement au pays. Cet investissement s’inscrit dans le cadre d’une série de programmes de financement totalisant 1,6 milliard de dollars à l’intention des chercheurs et chercheuses, des étudiantes et étudiants et des infrastructures scientifiques, annoncée par le ministre Champagne lors de son allocution en direct cet après-midi à la Conférence sur les politiques scientifiques canadiennes

Les projets financés soutiendront :

  • L’agrandissement d’un laboratoire du réseau mondial de lutte contre les pandémies et les menaces biologiques du Canada de l’Université McMaster, où une équipe de spécialistes de renommée internationale dans le domaine des maladies infectieuses et de la recherche immunologique se penche sur de nouveaux antimicrobiens, antiviraux, vaccins et tests diagnostiques pour lutter contre les plus dangereux pathogènes au monde;
  • L’agrandissement de l’installation de niveau de confinement 3 de l’Université de Calgary afin de pouvoir observer le comportement d’un agent pathogène à l’intérieur d’une cellule et mesurer l’efficacité de nouveaux médicaments. Il s’agira d’une des rares installations de niveau de confinement 3 en Amérique du Nord à disposer d’une telle capacité; 
  • L’agrandissement de l’installation de niveau de confinement 3 imPaKT, consacrée à l’imagerie d’agents pathogènes en vue du transfert des connaissances de l’Université Western, et la création d’un nouveau centre de recherche sur les agents pathogènes afin de mesurer l’efficacité de nouveaux matériaux et stratégies susceptibles de lutter contre les microbes qui réduiront ou préviendront la propagation d’agents pathogènes par voie aérienne ou par contact; 
  • Le renforcement de la capacité de l’installation de haut confinement de Toronto, qui fait partie du consortium sur les infections émergentes et pandémiques de l’Université de Toronto, afin d’en faire un chef de file mondial en matière de soutien à la recherche novatrice menée dans un cadre interdisciplinaire;
  • Les activités de recherche continues sur les pathogènes émergents menées à l’Université McGill afin de dégager de nouvelles pistes de recherche et de former la prochaine génération de chercheurs et chercheuses se spécialisant dans les maladies infectieuses;
  • Le renforcement de la capacité du Centre de recherche sur les vaccins et les maladies infectieuses de l’Université de la Saskatchewan à étudier les nouveaux agents pathogènes issus du monde animal étant fort susceptibles d’être transmis à la population humaine;
  • La modernisation d’un des laboratoires de niveau de confinement 3 du Centre de contrôle des maladies de la Colombie-Britannique dans le but de focaliser les recherches sur le SRAS-CoV-2, la tuberculose et les agents pathogènes multirésistants aux médicaments;
  • La mise sur pied d’un centre de découverte et de recherche translationnelle hébergé par l’infrastructure de recherche à haut niveau de confinement de l’Université de l’Alberta, qui permettra de mettre au point et de tester de nouveaux vaccins et traitements afin de répondre aux besoins urgents et à long terme du secteur biopharmaceutique canadien en matière de croissance.

Il s’agit du premier investissement réalisé dans le cadre du Fonds d’infrastructure de recherche en sciences biologiques (FIRSB), un nouveau programme de financement de la FCI créé en septembre 2021. Ce programme répond aux besoins urgents et essentiels des établissements postsecondaires et des hôpitaux de recherche, en finançant des installations de confinement qui ont les moyens de manipuler des agents pathogènes humains. Ce financement permettra aux établissements bénéficiaires de maintenir leur installation à la fine pointe de la technologie et de renforcer leur capacité à collaborer avec le secteur industriel et le gouvernement pour faire progresser des découvertes prometteuses et favoriser la formation et le perfectionnement de chercheurs et chercheuses de talent en sciences biologiques.

Dans le budget fédéral de 2021, 500 millions de dollars ont été alloués au FIRSB dans le cadre de la Stratégie en matière de biofabrication et de sciences de la vie du Canada. L’annonce faite aujourd’hui est le fruit du premier volet du concours relatif à ce programme de financement. Les fonds restants seront octroyés dans le cadre du Fonds d’infrastructure de recherche en sciences biologiques – Fonds de recherche biomédicale du Canada  – Deuxième volet, qui sera lancé au début de 2023 en collaboration avec le Secrétariat des programmes interorganismes à l’intention des établissements associé aux trois organismes fédéraux du financement de la recherche. Pour obtenir des renseignements sur le deuxième volet du FIRSB, rendez-vous sur le site Web du Fonds de recherche biomédicale du Canada

Citations

« Pour continuer à protéger la santé et la sécurité de la population canadienne, les établissements postsecondaires et les hôpitaux de recherche du Canada ont besoin de lieux de recherche et laboratoires de bioconfinement novateurs comme les huit installations de pointe ciblées par l’annonce de financement aujourd'hui. Conformément à ce que préconisait la Stratégie en matière de biofabrication et de sciences de la vie du Canada, cet investissement contribuera à alimenter le bassin de chercheurs et chercheuses de talent au Canada et à renforcer les systèmes de recherche afin de développer le secteur des sciences de la vie, de le rendre concurrentiel et de le doter de capacités de biofabrication de pointe. »

François-Philippe Champagne, ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie

« La pandémie de COVID-19 a mis en évidence l’importance de mener des recherches de pointe sur les maladies infectieuses. En veillant à ce que les laboratoires respectent les normes et soient dotés de l’équipement nécessaire pour relever les nouveaux défis dans le domaine des sciences biologiques, nous contribuons à assurer un avenir sain à la population canadienne. »

Roseann O’Reilly Runte, présidente-directrice générale de la Fondation canadienne pour l’innovation

Faits en bref

  • L’investissement total du gouvernement du Canada versé aujourd’hui au Fonds d’infrastructure de recherche en sciences biologiques par l’entremise de la Fondation canadienne pour l’innovation s’élève à 127 976 086 dollars.
  • Cet investissement comprend un montant de 98 443 143 dollars pour l’infrastructure de recherche en tant que telle et 29 532 943 dollars alloué au titre du Fonds d’exploitation des infrastructures afin d’aider les établissements à assumer les coûts d’exploitation et de maintenance croissants associés à la nouvelle infrastructure.
  • Le financement de ce programme soutient la Stratégie en matière de biofabrication et de sciences de la vie du gouvernement du Canada en renforçant la capacité de recherche de l’écosystème canadien de la biofabrication et des sciences de la vie.
  • Le ministre François-Philippe Champagne a également annoncé aujourd’hui un financement de la FCI associé au Programme des chaires de recherche du Canada par l’entremise du Fonds des leaders John-R.-Evans.

Liens connexes

Médias sociaux
Suivez-nous sur Twitter @InnovationCA, LinkedIn et Facebook, et abonnez-vous à notre chaîne YouTube. Sur cette plateforme, vous pourrez notamment visionner les vidéos de la FCI à propos des nombreux projets de recherche transformateurs qu’elle finance.

À propos de la Fondation canadienne pour l’innovation
Depuis 1997, la Fondation canadienne pour l’innovation investit dans l’infrastructure dont les chercheurs et chercheuses ont besoin pour voir grand, innover et repousser les limites du savoir. Grâce à des installations et de l’équipement de recherche de pointe, les universités, collèges, hôpitaux de recherche et organismes de recherche à but non lucratif du Canada peuvent mener des travaux de recherche de haut calibre. Ces établissements s’en trouvent plus concurrentiels à l’échelle mondiale, formant la prochaine génération de chercheurs et chercheuses tout en favorisant l’attraction et la rétention d’un personnel de talent provenant du monde entier. Ainsi, les investissements de la Fondation canadienne pour l’innovation renforcent l’économie et améliorent la qualité de vie de toute la population canadienne.

Renseignements

Malorie Bertrand
Spécialiste des relations médiatiques et des réseaux sociaux
Fondation canadienne pour l’innovation
Cellulaire : 613 943-2580
malorie.bertrand [at] innovation.ca
 

Relations avec les médias
Innovation, Sciences et Développement économique Canada
media [at] ised-isde.gc.ca

 

Fonds d’infrastructure de recherche en
sciences biologiques

Installations de bioconfinement et installations
pour gros animaux

Établissement demandeur

Titre du projet

Contribution maximale de la FCI

McGill University

CL3 Capacity for Innovative Research and Training on Emerging and Reemerging Pathogens

  5 158 553 $

McMaster University

Expansion of the CL2+/CL3 Capacity at Canada’s Global Nexus in Pandemics and Biological Threats

 11 730 627 $

University of Alberta

Alberta High Containment Research Infrastructure (AHCRI)

 11 456 414 $

University of British Columbia (The)

BOLSTER-3-Pathogen Research: Building Operational Laboratory Strength To Enhance Risk 3 Pathogen Research

 4 148 345 $

University of Calgary

Imaging Pathogens in Living Organisms at Single Cell Resolution

 9 826 129 $

University of Saskatchewan

VIDO Large Animal CL3/CL4 Enhancement and Upgrade

 8 102 720 $

University of Toronto

Toronto High Containment Facility

 35 000 000 $

University of Western Ontario (The)

CL3 Pathogen Research Center: Expansion for Microbial Transmission and GMP Antimicrobial Production

 16 121 484 $

 

8

 98 443 143 $