Quick study

Une étude rapide

Un géant du vêtement de sport s’associe avec des chercheurs de la Acadia University pour tester ses dernières espadrilles
10 octobre 2013

Adidas, une des plus importantes entreprises d’articles de sport au monde, s’associe avec des chercheurs de la Acadia University, à Wolfville, en Nouvelle-Écosse, pour tester ses dernières espadrilles. Selon une firme d’étude de marché, les espadrilles connaissent la plus forte croissance dans le marché de la chaussure au Canada, avec des ventes atteignant 1,3 milliard de dollars à ce jour en 2013. Pour demeurer concurrentiel dans le marché des articles de sport, adidas veut améliorer la performance des athlètes et concevoir des technologies qui réduiront au minimum le risque de blessure.

En 2012, l’entreprise a fait appel à l’université en raison de son équipement de recherche de pointe et de son laboratoire Human Motion Lab qui ouvrira bientôt ses portes. Elle était également intéressée par les pratiques du département de kinésiologie qui collabore avec des athlètes universitaires pour mettre à l’essai des produits. À titre d’exemple, l’équipe de recherche a demandé aux membres de l’équipe masculine de basketball de l’université, classée deuxième au pays l’an dernier, de tester les nouvelles espadrilles de basket d’adidas, les Adipure Crazyquick. Au cours d’exercices d’agilité, on a donc chronométré et évalué les membres de l’équipe grâce à un équipement financé par la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI). Les résultats de la recherche ont ensuite été transmis à la société qui peut ainsi améliorer la conception de ses chaussures tout en étant plus sensible aux moyens de prévenir les blessures.

Financé par la FCI, le nouveau laboratoire de la Acadia University, le Human Motion Lab, devrait ouvrir ses portes au cours des prochains mois. Cette installation permettra d’augmenter la capacité de recherche de l’établissement dans le domaine du sport et de renforcer davantage son partenariat avec adidas. Les chercheurs pourront ainsi continuer de se pencher, en laboratoire, sur les divers facteurs de risque afin d’atténuer les répercussions d’une blessure sportive sur le genou.