Building better

Une construction améliorée

La nouvelle technologie accroît la durée de vie de l’infrastructure de grande envergure
29 mai 2014

Le mandat du réseau de recherche ISIS Canada est simple mais ambitieux : veiller à ce que le Canada demeure un chef de file dans le domaine du génie civil.

Établi à l’Université du Manitoba, à Winnipeg, ISIS Canada cherche à améliorer les ponts et diverses structures importantes de grande envergure grâce à l’utilisation de nouveaux matériaux et modèles de conception. Le réseau coordonne les efforts de 185 chercheurs représentant 14 universités canadiennes et autres partenaires industriels et gouvernementaux qui œuvrent à l’amélioration de l’infrastructure par l’utilisation de polymères renforcés de fibres (PRF) — un matériau composite très solide habituellement fait de verre, de carbone, de basaltes ou d’aramides (une fibre synthétique solide et résistant à la chaleur).

« Nous sommes en train de créer une infrastructure capable de durer 100 ans au lieu de 50 », affirme Aftab Mufti, président d’ISIS Canada et professeur de génie civil à l’Université du Manitoba. Traditionnellement, l’acier a été utilisé pour stabiliser d’imposantes structures en béton, mais cela a toujours posé problème, explique le chercheur, car, éventuellement, ce matériau se corrode, ce qui affaiblit du même coup le béton environnant. « Il est temps d’adopter des matériaux renforcés de fibres, affirme M. Mufti. Ces derniers, en plus d’avoir une grande résistance à la traction, ne seront pas attaqués par la corrosion. »

Couramment utilisés dans les applications liées à l’industrie spatiale en raison de leur solidité et de leur durabilité, les PRF sont, pour les mêmes motifs, extrêmement prometteurs dans le domaine de l’infrastructure. De plus, comme ils sont moins lourds à transporter que l’acier, ils sont économiques, à l’achat comme en termes de coûts relatifs à la durée de vie et à l’environnement. Ils sont également à l’épreuve des perturbations électromagnétiques, ce qui signifie qu’ils peuvent être utilisés conjointement avec des réseaux de capteurs à fibres optiques.

Grâce aux travaux réalisés par M. Mufti et d’autres chercheurs d’ISIS Canada, on a aujourd’hui davantage recours à des matériaux à base de PRF pour restaurer, réparer et stabiliser les structures en béton, ce qui coûte moitié moins cher que les méthodes conventionnelles. On a d’ores et déjà utilisé la technologie élaborée par ISIS Canada pour certains ponts dont la travée qui enjambe le canal d’évacuation des crues de la rivière Rouge, au Manitoba, et le Pont de la Confédération reliant le Nouveau-Brunswick à l’Île-du-Prince-Édouard. Aujourd’hui, le Canada est un chef de file dans ce domaine, ayant démontré les avantages de ces méthodes dans des projets de grande comme de petite envergure.