Research partnership paves over potholes

Une borne de signalisation orange et blanc surmontée d’un réflecteur jaune est posée dans un énorme nid-de-poule. À proximité, une seconde cavité, moins importante, est creusée dans l’asphalte.

Un partenariat de recherche pour éliminer les nids-de-poule

Une solution de rechange durable à l’asphalte commercialisée bientôt grâce à une collaboration collège-industrie
14 avril 2015

Les nids-de-poule constituent un fléau pour les automobilistes. Les municipalités canadiennes doivent engager de rondelettes sommes pour les réparer. À elle seule, la Ville d’Ottawa dépense six millions de dollars par année pour colmater ces trous dans la chaussée. C’est pourquoi Fractal Tectonics ltée, une petite entreprise d’Ottawa, collabore avec du personnel et des étudiants du Construction Research Centre du Algonquin College pour mettre à l’essai un système de revêtement en dalles de béton de rechange qui pourrait faire épargner aux villes, aux automobilistes et aux compagnies d’assurance des milliards de dollars par année en réparation des routes et des véhicules.

L’asphalte représente plus de 90 pour cent du marché canadien de la construction des routes. Or, ce n’est pourtant pas le matériau idéal, en particulier dans des conditions hivernales. En effet, l’eau s’infiltre dans la chaussée poreuse, puis gèle et prend de l’expansion. La chaleur fait fondre la glace et l’asphalte qui se trouve directement sous la surface se brise et s’effondre. C’est ainsi que la route se creuse au passage des voitures, créant un nid-de-poule.  

Lorsque Ross Bradsen a voulu créer une voie d’accès à son chalet plus durable, perméable et facile à réparer, il s’est associé à José Aguilera ‒ à l’époque étudiant à la maîtrise en génie structural à la Queen’s University – pour fonder Fractal Tectonics et mettre au point les dalles Fractal SlabsMC; des dalles de béton modulaires à haute résistance qui s’assemblent à l’aide de charnières. Les dalles carrées ou triangulaires sont faciles à installer et à remplacer, donc plus économiques. Surtout, l’espace étroit qui les sépare permet à l’eau de s’infiltrer dans le sol, éliminant ainsi les problèmes liés au gel et au dégel.

Depuis 2013, Fractal Tectonics travaille étroitement avec des chercheurs du Algonquin College afin de perfectionner et de tester son produit. Ce printemps, l’entreprise amorcera également un projet pilote dans un nouveau projet immobilier vert du constructeur Ottawa Windmill Developments.