What lies beneath

Un monde sous-marin à découvrir

Une entreprise dérivée de la University of Prince Edward Island prospère dans l’industrie des bioproduits marins
14 mai 2013

Le fond océanique abrite des milliers de bactéries inconnues qui pourraient se révéler déterminantes dans la fabrication de nouveaux produits cosmétiques et de soins capillaires, et même de nouveaux médicaments anticancéreux. Le laboratoire de produits marins naturels de la University of Prince Edward Island a profité de ce potentiel pour créer une entreprise performante en biotechnologie appelée Nautilus Biosciences Canada inc.

Dirigée par Russell Kerr, professeur de chimie et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en produits marins naturels, une équipe de dix-sept employés procède à l’échantillonnage de boues marines pour y déceler de nouvelles bactéries. Elle les analyse ensuite au moyen de deux spectromètres de masse financés par la Fondation canadienne pour l’innovation, avec comme objectif de trouver de nouveaux produits naturels en se concentrant sur ceux qui ont des propriétés antifongiques, antiinflammatoires ou anticancéreuses. Ces spectromètres permettent à Nautilus de découvrir plus rapidement de nouveaux produits naturels.

L’expertise de l’entreprise dans l’échantillonnage et le traitement des bioproduits marins lui a permis d’établir deux importants partenariats : l’un avec Croda International, la plus grande société de produits chimiques au Royaume-Uni, dans le but de créer de nouveaux produits pour les cheveux et la peau; et l’autre avec AvantiCell, une société écossaise, en vue de fabriquer des médicaments anticancéreux.