Finding fault

Trouver la faille

15 juillet 2007

Tout comme les fissures que font naître les mouvements de la glace à la surface d’un lac gelé, des lignes de faille se forment lorsque l’écorce terrestre se déplace. Les espaces que crée ce lent mouvement de va-et-vient dans la croûte terrestre deviennent des réservoirs de pétrole et de gaz.

Jeremy Hall, chercheur à l’Université Memorial de Terre-Neuve, utilise un laboratoire de visualisation 3D et de puissants ordinateurs afin de localiser ces lignes de faille et obtenir une image précise de la géologie des fonds marins. La cartographie de ces lignes de faille au large des côtes de Terre-Neuve et du Labrador permet de révéler le vaste potentiel des réserves pétrolières marines. Jusqu’à tout récemment, les chercheurs devaient se contenter d’une vision partielle du portrait géologique — ils reconstituaient des images incomplètes d’un secteur et posaient des hypothèses sur ce qui se cachait entre chaque pièce manquante du casse-tête.

« C’était comme si un médecin devait se fier à une coupe transversale de vos hanches et de vos épaules pour se faire une idée de votre corps. Aujourd’hui, notre laboratoire offre l’équivalent d’une image 3D du patient en entier », explique Jeremy Hall.

Ces images sont créées à partir d’un ensemble évolué de données produites par des hydrophones, appareils qui mesurent les échos résultant de l’envoi d’ondes haute pression sur le plancher océanique. Les échos varient en fonction des formations géologiques. Les hydrophones sont remorqués par des bateaux qui ratissent une zone de l’océan à la manière d’une tondeuse poussée méthodiquement d’une extrémité à l’autre d’un gazon.

De puissants ordinateurs convertissent ces données en images qui sont ensuite projetées sur un écran d’environ huit mètres sur deux. Les observateurs, à l’aide de lunettes stéréoscopiques 3D, peuvent interagir avec les images.

Le cinéma 3D de Jeremy Hall se révèle aussi populaire auprès des chercheurs que des acteurs de l’industrie. Les sociétés pétrolières et gazières canadiennes jouent un rôle de premier plan dans l’économie du pays et les travaux du scientifique sont particulièrement précieux pour les plus petites entreprises de ce secteur, qui n’ont pas les ressources pour mener elles-mêmes des explorations à grande échelle.

« Plus nous serons en mesure de localiser l’étendue et l’emplacement des réservoirs de pétrole et de gaz naturel, plus nous favoriserons les investissements du secteur privé et aiderons les petites entreprises à mieux cibler les leurs », fait valoir Jeremy Hall.