i2eye with GI diet author Rick Gallop

tête@tête avec l'auteur du régime I.G., Rick Gallop

La stabilité du taux de glycémie, essentielle à la perte de poids
31 janvier 2008
Le nom du Canadien Rick Gallop est légendaire chez les gens qui veulent maigrir. Dans le monde entier, on ne jure que par son régime fondé sur l’indice glycémique (IG), qui classe les aliments selon leur influence sur le taux de sucre dans le sang.
 

Son premier livre sur le sujet – The GI Diet / Le Régime I.G. – s’est vendu à plus de deux millions d’exemplaires. Il a aussi fait des rejetons : un livre de recettes, un livre de régime pour la famille et le tout récent GI Diet Clinic: Rick Gallop’s Week by Week Guide to Permanent Weight Loss (Random House), en librairie depuis seulement décembre 2007.

Président de la Fondation des maladies du cœur de l’Ontario depuis 16 ans, Rick Gallop était naturellement familier avec le problème d’embonpoint. Mais il a fallu qu’il prenne lui-même du poids avant de s’intéresser de près à la recherche alimentaire et aux régimes amaigrissants. Il a été attiré surtout par les travaux du Dr David Jenkins, le chercheur de l’Université de Toronto qui a inventé l’indice glycémique en 1980.

Convaincu de la valeur scientifique de l’IG, Gallop s’en est servi pour maigrir lui-même. Depuis lors, il a aidé des milliers de personnes à perdre du poids et à ne pas le reprendre. Nous l’avons interrogé sur le secret de la lutte contre les kilos en trop.

InnovationCanada.ca (IC) : Comment en êtes-vous arrivé à mettre au point votre régime IG ?

Rick Gallop (RG) : Il y a huit ans, j’ai engraissé d’une douzaine de kilos parce que je ne pouvais plus jogger à cause d’un mal de dos. Je me voyais tout à coup bedonnant et en même temps obligé de dire aux gens, en raison de mon emploi à la Fondation, de perdre du poids ou de risquer la crise cardiaque. Mon orgueil surtout en prenait un dur coup : j’avais gagné 10 centimètres de taille !

J’ai examiné les régimes populaires, comme la diète Atkins et la Zone. C’est ainsi que j’ai découvert l’indice glycémique. La Fondation était un des organismes qui finançaient le docteur Jenkins, que j’ai eu la chance de rencontrer. J’ai appliqué le principe scientifique à ma propre vie et – ô surprise ! – j’ai réussi à perdre 10 kilos et à retrouver ma taille d’avant.

IC : En quoi le régime IG est-il différent? Quel est le secret de sa réussite ?

RG : L’indice glycémique mesure la vitesse à laquelle les aliments sont assimilés par le système digestif pour former du glucose, qui est la source d’énergie de l’organisme. Les aliments à indice élevé se digèrent très rapidement, faisant grimper en flèche votre taux de sucre. Malheureusement, cette énergie est vite dissipée et vous avez bientôt faim à nouveau. Les aliments à faible indice glycémique sont plus longs à digérer et fournissent un apport lent et constant de sucre au système sanguin, de sorte que vous êtes rassasié plus longtemps. Donc, vous mangez moins sans devenir affamé pour autant. Toute la question est là : essayer de fournir une provision constante d’énergie, c’est-à-dire de sucre, au flux sanguin.

IC : Comment distingue-t-on les aliments à indice faible ou élevé ?

RG : Le sucre s’assimile instantanément, alors on lui attribue une valeur de 100, qui est la référence pour tout le reste. Le pain, les biscuits, la plupart des céréales froides (aux grains fortement transformés) ont un IG élevé. Si vous mangez un bol de céréales légères et sucrées le matin, vous serez à peine arrivé au bureau que vous aurez sans doute déjà faim.

IC : Quels sont vos aliments à faible IG préférés, ceux que vous recommandez pour perdre du poids ?

RG : Pratiquement tous les fruits et légumes ont un faible IG. Les pâtes aussi, pourvu qu’on fasse attention à la qualité et à la quantité. Je suis le genre à aimer les pommes de terre et la viande. Les pommes de terre passent bien, surtout les petites patates nouvelles. C’est une question de maturité de l’amidon. Le riz basmati, le riz sauvage et le riz brun sont à conseiller aussi.

Mon aliment à faible IG préféré, je dirais que c’est le bon vieux gruau. Je reçois probablement plus de courriels au sujet du gruau que de toute autre nourriture. C’est un aliment extraordinaire, qui me soutient toute la matinée. Avec des amandes tranchées et des fruits, il fait un merveilleux petit déjeuner crémeux. C’est facile à préparer et délicieux.

IC : Qu’en est-il de la viande ?

RG : L’indice glycémique ne s’applique qu’aux hydrates de carbone, non aux protéines ou aux lipides, comme le poulet, la dinde, les coupes maigres de viande, la noix de ronde. Recherchez les viandes maigres et mangez autant de poisson que vous voulez.

IC : Donc nous devons surveiller notre alimentation. Y a‑t‑il autre chose que nous pouvons faire pour rester motivé lorsque nous essayons de maigrir ?

RG : Les gens ne se rendent pas compte de ce que représente le poids tant qu’ils ne l’ont pas éprouvé. Promenez-vous avec un sac de farine de 10 kilos. Je vous jure que ça donne un choc. Prenez un sac à poignées et remplissez-le de boîtes de conserve et de vieux livres de régime jusqu’à ce qu’il pèse l’équivalent de ce vous devez perdre. Montez et descendez quelques escaliers avec. Pour vous motiver, rappelez-vous que c’est ce que vous trimbalez à la taille, aux hanches et aux cuisses jour après jour, sans pouvoir le déposer nulle part, à la différence du sac !

IC : Comment tenir sa résolution et bien manger quand on va au restaurant ?

RG : Commencez par ingérer du liquide, une soupe habituellement, le plus tôt possible. Plus tôt vous aurez des aliments faibles en calories dans le ventre, mieux cela vaudra. Vous pourrez mieux vous contenter de petites portions dans la suite du repas.

Faites-vous servir les vinaigrettes à part afin de pouvoir contrôler la dose. Si vous aimez vraiment les pâtes, prenez-les en entrée. Les portions de pâtes sont bien trop généreuses pour nos besoins. Même si elles ont un faible indice glycémique, elles contiennent quand même beaucoup de calories.

Prenez une double portion de légumes au lieu de riz ou de pommes de terre. Je mange souvent au restaurant et jamais encore on ne m’a refusé un supplément de légumes. Vous vous sentirez rassasié à la fin du repas et vous aurez obtenu plus de valeur nutritive.

IC : Perdre du poids, c’est une chose, mais ne pas en reprendre, c’en est une autre ! Comment faire pour se maintenir au bon poids ?

RG : C’est l’évidence même, mais vous devez renoncer pour de bon à vos mauvaises habitudes. Il s’agit d’abord de perdre du poids, puis de bien manger pendant le restant de sa vie. Si vous reprenez vos vieilles habitudes, vous retomberez à zéro, sinon plus bas encore. Mais si vous persévérez, vous réussirez et vous n’aurez plus jamais à vous mettre au régime. C’est un mode de vie sain et toute la famille peut s’y mettre.

IC : Comment faites-vous pour ne pas dévier de votre résolution ?

RG : J’essaie de mettre en pratique ce que je prêche : la modération en toutes choses. Mon conseil est d’être au régime 90 p. 100 du temps et de s’allouer 10 p. 100 pour le plaisir. Si vous chutez en cours de route – et ça arrivera fatalement – relevez-vous le plus vite possible. Vous serez en retard de quelques jours sur votre objectif, mais ce n’est pas la fin du monde.