Stats sleuth

Des statistiques éloquentes

15 novembre 2007

Rien d’étonnant à ce que les statistiques révèlent que les mieux nantis et les plus instruits ont généralement des enfants en meilleure santé et qui réussissent mieux. Mais les Canadiens seront sans doute surpris d’apprendre à quel point les enfants provenant de familles moins favorisées tombent nettement sous la moyenne nationale et combien ils sont nombreux.

« La capacité d’innovation et de production du Canada pourrait se trouver menacée si nous laissons trop d’enfants derrière », indique Noralou Roos, une scientifique spécialisée en santé de la population à l’Université du Manitoba.

Les recherches qu’elle a menées à partir des résultats aux examens normalisés de différents groupes sociaux dans les écoles secondaires lui ont permis de compiler des statistiques on ne peut plus éloquentes. Des données antérieures indiquaient que seulement 75 % des étudiants vivant dans les régions les plus pauvres du Manitoba avaient passé les examens normalisés de la dernière année du secondaire, comparativement à 92 % de ceux habitant les régions mieux nanties. Cependant, après avoir recherché tous les enfants qui auraient dû participer, mais ne l’avaient pas fait (par exemple les décrocheurs, ceux qui avaient doublé ou ceux qui n’avaient pas fini l’examen), Roos a découvert que seulement 27 % des enfants vivant dans les milieux défavorisés avaient réussi, comparativement à 77 % des enfants des quartiers plus riches.

En analysant une matrice complexe de données anonymes sur les résidents du Manitoba – leurs relations avec les systèmes de santé, d’éducation et des services à la famille –, Noralou Roos peut avoir une compréhension encore plus approfondie des raisons pour lesquelles des disparités comme celles que révèle son analyse existent toujours au Canada.

Dans les prochaines années, Noralou Roos entend évaluer l’influence des expériences de la première enfance, de l’éducation, de l’environnement communautaire et des interventions de soins de santé sur les enfants.