Boreal beauty secrets

Secrets de beauté boréaux

Des chercheurs de l’Université du Québec à Chicoutimi collaborent avec Lise Watier, géante canadienne des cosmétiques, pour créer une gamme de soins à base de thé du Labrador
16 octobre 2014

Lise Watier ‒ une société de cosmétiques établie au Québec évaluée à 41 millions de dollars – s’est associée à des biochimistes de l’Université du Québec à Chicoutimi pour concevoir une nouvelle gamme de soins à base d’extrait de thé du Labrador, un arbrisseau de petite taille à feuilles persistantes qui pousse sous les latitudes septentrionales de la planète. Depuis le lancement du produit en 2011, l’entreprise en a vendu plus de 166 000 bouteilles se détaillant de 24 à 82 dollars chacune.

Les chercheurs André Pichette et Jean Legault conçoivent et testent des produits à base de matériel biologique provenant des forêts boréales québécoises. En 2006, la société de cosmétiques a collaboré avec les chercheurs afin d’étudier le thé du Labrador. Ces derniers ont découvert que cette plante possède des propriétés antioxydantes, anti-âge et anti-inflammatoires. Le duo a donc mis au point un procédé unique permettant d’extraire les principaux composés du thé du Labrador dont la société s’est servie pour élaborer une douzaine de produits commerciaux de maquillage et de soins.