Saving tiny lives

Sauver de minuscules vies

Un logiciel de pointe promet d’améliorer les soins néonatals en augmentant les chances de survie des prématurés et en réduisant les coûts des soins de santé
23 mars 2012

Une femme sur 14 accouche prématurément au Canada – à moins de 37 semaines de gestation – et ces chiffres sont à la hausse. Ces naissances prématurées sont à l’origine de 75 pour cent du taux de mortalité infantile au pays. En plus de la souffrance émotionnelle indéniable des parents, ces décès pèsent lourdement sur le système de santé public : le traitement des prématurés au pays coûte plus de 2 milliards de dollars par année.

Carolyn McGregor, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en informatique de la santé au University of Ontario Institute of Technology à Oshawa, en Ontario, a développé un logiciel, appelé Artemis, qui pourrait sauver la vie de bébés et raccourcir leurs séjours hospitaliers, réduisant ainsi les coûts des soins de santé. McGregor dirige le projet Artemis – bientôt en essais cliniques – dont les partenaires comptent IBM Canada, l’hôpital pour enfants de Toronto (SickKids) et d’autres hôpitaux ailleurs dans le monde. Artemis, en interprétant de grandes quantités de données collectées chez des prématurés en phase critique, pourrait aider les médecins à déceler des variations discrètes dans leurs signes vitaux et anticiper les diagnostics. Ce logiciel réduira non seulement les taux de mortalité chez les bébés prématurés au pays et dans le monde entier, mais aidera aussi les communautés rurales et éloignées où les spécialistes, comme les néonatologistes, ne sont pas toujours disponibles.