Research helps Canadian companies take risks

La recherche aide les entreprises canadiennes à prendre des risques

Une entreprise de Vancouver est le premier fabricant de planches à roulettes au monde et l’une des nombreuses qui ont fait appel aux laboratoires du Emily Carr University of Art + Design pour améliorer leurs produits
17 novembre 2014

Quand Rayne Longboards de Vancouver a voulu construire de meilleurs accessoires pour ses planches, la société s’est adressée aux ateliers d’impression 3D du Emily Carr University of Art + Design. En une semaine à peine, elle a pu concevoir, imprimer en trois dimensions, mouler et mettre à l’essai sur route de nouvelles roulettes haute performance qui sont plus faciles à adapter et coûtent nettement moins chères à usiner que la plupart des autres roulettes sur le marché.

« Comme entreprise, on se pose toujours la question : en quoi ce produit est-il différent, meilleur? », indique Graham Buksa, fondateur et chef de la direction de Rayne. Nous voulons être novateurs, trouver de nouvelles économies dans la fabrication d’un produit différent et meilleur que les autres. »

VISIONNER : Les planches de parc de Rayne à l’œuvre (en anglais seulement)

Rayne est déjà le principal fabricant mondial de planches de parc. Même si l’entreprise produit des planches de haute technologie, M. Buksa précise que leurs roulettes « sont les mêmes que la plupart des autres sur le marché » puisqu’il n’existe que quelques fabricants de roulettes à planches dans le monde.

M. Buksa a vu une possibilité d’accroître son avantage concurrentiel en fabriquant des roulettes de qualité supérieure. L’impression 3 D lui est apparue comme le moyen idéal de tester de nouvelles idées puisqu’elle lui permettait de modifier la conception en cours de route sans avoir à dépenser les dizaines de milliers de dollars nécessaires à la création de moules pour chaque nouveau concept dans les modes de fabrication traditionnels.

Le Prototyping, Media, and Programming Studio du Emily Carr offre le matériel d’impression 3 D et l’expertise recherchés par Graham Buksa. Aidée par son équipe de recherche, il a fait la démonstration de faisabilité d’une roulette avancée en quelques jours seulement – pour à peine quelques centaines de dollars. M. Buksa prévoit étudier diverses options de fabrication et de commercialisation des nouvelles roulettes au cours des prochaines années.

Rayne figure parmi une soixantaine d’entreprises de Vancouver – aussi bien des fabricants de dispositifs médicaux que des développeurs d’applications – qui ont amélioré rapidement leurs produits dans les laboratoires de l’université.