How deep is the ocean?

Quelle est la profondeur de l'océan?

1 juillet 2002

Comme viennent de le découvrir les chercheurs de l'Université de Victoria et de la Canadian Scientific Submersible Facility (CSSF), l'océan est juste un peu trop profond.

Pas pour les chercheurs. Ni même pour leur équipement vedette, la Remotely Operated Platform for Ocean Science (ROPOS), impressionnante machine sous-marine qui arpente les fonds marins pour saisir des images, recueillir des données et rapporter des échantillons de toute sorte, allant des laves très anciennes aux microbes. De fait, cette machine et ses utilisateurs ont toujours été en pleine forme et prêts à travailler. La difficulté était que le câble très perfectionné qui supporte le sous-marin et lui permet de descendre au fond des océans pendant ses missions sous-marines était trop court.

La longueur du câble n'était pas vraiment un problème de haute technologie pour l'exploitation de ces équipements de pointe, mais elle causait des problèmes pratiques assez sérieux pour limiter les possibilités de recherche de l'équipe de la CSSF, groupe associé à la School of Earth and Ocean Sciences de l'Université de Victoria et à l'Institut des sciences océaniques sur l'Île de Vancouver. Pour résoudre ces problèmes, cette équipe de recherche a demandé l'aide de la Fondation canadienne pour l'innovation.

Grâce au soutien en matière d'infrastructure de la FCI, l'Université de Victoria et la CSSF, installation sans but lucratif, ont pu faire l'acquisition d'un nouveau câble beaucoup plus long qui permet au ROPOS d'atteindre sa limite de profondeur soit 5000 m. C'est là une amélioration considérable par rapport à la limite précédente qui était de 3500 m et ceci est très encourageant pour ceux qui aimeraient que les chercheurs canadiens soient autosuffisants. Sans cette nouvelle infrastructure, les chercheurs canadiens seraient forcés d'avoir recours à de coûteux services étrangers même pour l'étude des fonds marins canadiens.

Étant donné que près de la moitié des fonds marins du monde se retrouvent à plus de 4000 m de profondeur et que seule une partie des 50 000 km de crêtes volcaniques sous-marines des océans profonds ont été explorées, le nouveau câble a ouvert de nouveaux horizons dans les mers profondes. C'est pourquoi les chercheurs de tout le Canada et de l'étranger ont hâte de se servir de cet équipement pour étudier les profondeurs marines.

L'humanité s'intéresse aux profondeurs marines pour de nombreuses raisons : leurs ressources biologiques et minérales, l'enfouissement des déchets et l'effet modérateur des océans sur le climat. Le Canada fait actuellement figure de chef de file dans le domaine des technologies marines à grande profondeur