Tea-rific skin

Pour rester en beau-thé

Sachant qu'il existait beaucoup de documentation attestant les bienfaits sur la santé de la consommation de thé vert, Sara Small et Ronan MacParland ont décidé d'entreprendre des recherches pour savoir si l'application de thé vert pouvait
1 septembre 2004
 

La médecine moderne a salué les propriétés antioxydantes de cette boisson ancienne qui peut réduire les risques de cancer, de maladie cardiaque et de vieillissement prématuré. C'est à partir de ce constat que ces deux élèves d'une école secondaire de Terre-Neuve ont voulu découvrir s'il était aussi possible de tirer profit des composantes du thé vert par une application externe sous forme de crème pour l'épiderme.

À l'origine, les deux élèves du Holy Heart of Mary High School, à St. John's, cherchaient une façon de réutiliser un produit habituellement mis au rebut. « Nous avons pensé aux sachets de thé qui ont servi, puis nous avons choisi le thé vert en raison de ses propriétés médicinales », explique Sara. Ils ont appelé leur projet « Tea-riffic Skin ».

La première étape consistait à extraire les ingrédients actifs, appelés polyphénols, des trois marques de thé vert choisies pour l'expérience — Le choix du président, Lipton régulier et Lipton décaféiné — au moyen de techniques d'extraction à l'éthanol chaud et froid.

Les produits chimiques obtenus ont ensuite été soumis à une série de tests permettant de déterminer la mutation potentielle et de connaître les taux d'antioxydants et d'absorption UV. Tous les résultats se sont révélés prometteurs. La dernière étape consistait à ajouter l'échantillon à une base de crème et à effectuer d'autres tests relatifs aux UV, aux antioxydants et aux mutagènes.

« Les tests ont démontré que la crème avait de très bonnes propriétés antioxydantes, ce qui indique qu'elle pourrait prévenir le cancer et le vieillissement prématuré, affirme Sara. Mais, le résultat le plus intéressant est le fait qu'elle absorbe les UV à 100 %, ce qui en fait une protection très efficace contre les rayons nocifs du soleil. »

Bien que Sara et Ronan soient captivés par leur découverte et son potentiel de commercialisation, ils restent plus attirés par la musique que par les sciences.

« Nous aimerions tous deux faire carrière dans le domaine de la musique, précise-t-elle. Bien sûr, l'expérience nous a ouvert les yeux sur le plaisir de la recherche scientifique et le défi qu'elle représente. Je crois que nous pensons maintenant beaucoup plus sérieusement à des études en médecine ou en science. »

« Le travail en laboratoire était particulièrement intéressant. Il nous a permis de vraiment comprendre ce que doivent accomplir les chercheurs pour mettre au point les produits que nous utilisons chaque jour. » Sans compter la découverte d'une recette infaillible pour rester en « beau-thé » !

Gracieuseté d'Aventis Pasteur, commanditaire principal du Défi Biotech Aventis.