Small fish, big pond

Petit poisson, gros bassin

Les sociétés pharmaceutiques utilisent des modèles de poisson zèbre pour trouver des remèdes à certains des plus importants problèmes de santé des Canadiens
21 mars 2014

Le St. Michael's Hospital de Toronto abrite l’une des installations de criblage les plus perfectionnées au monde. Depuis 2012, The Zebrafish Centre for Advanced Drug Discovery – la première installation de criblage automatisé à haut débit de poissons zèbres au Canada – a permis aux chercheurs de tester simultanément des milliers de composés sur des embryons vivants de poissons zèbres toutes les semaines, notamment des applications comme des médicaments pour prévenir la maladie d’Alzheimer et les accidents vasculaires cérébraux (AVC), ou encore combattre l'inflammation, diabète et le cancer. Sous la houlette de Xiao-Yan Wen, chef de file mondial en recherche sur les poissons zèbres, cette installation devrait favoriser l’avancement de la médecine personnalisée et de précision grâce à de nouvelles techniques de modélisation de la maladie et au criblage pharmacologique à haut débit.

D’ores et déjà, le secteur biotechnologique canadien tire profit de l’importante capacité de cette installation de recherche. En effet, le centre collabore avec Atuka Inc. ‒ une entreprise qui réalise des tests sur des médicaments contre la maladie de Parkinson pour des sociétés pharmaceutiques ‒ afin d’élaborer un modèle de poisson pour la mise à l’essai de médicaments. Ces modèles sont des poissons zèbres dont les gènes ont été modifiés à la suite d’une injection. Treventis Corporation, également établie à Toronto, a aussi commandé un modèle de poisson zèbre pour accélérer la mise à l’essai de médicaments contre les maladies d’Alzheimer et de Huntington : de dix mois chez les rongeurs, elle passerait à quelques semaines seulement chez les poissons zèbres. De plus, M. Wen et son équipe rédigent un brevet pour un certain nombre de composés anti-AVC capable de prévenir les hémorragies cérébrales chez les larves de poisson zèbre.

Le poisson zèbre représente un modèle d’organisme de recherche idéal puisqu’il ressemble davantage à l’humain que la plupart des organismes invertébrés comme la mouche des cerises. Ce poisson ‒ dont le génome est entièrement séquencé ‒ pond 200 œufs transparents par semaine qui arrivent à maturité en l’espace de trois mois. Les chercheurs peuvent donc observer les effets des médicaments en temps réel. Pour construire ce centre, M. Wen a reçu, en 2010, 2 millions de dollars en financement d’infrastructure de la Fondation canadienne pour l’innovation.

Mention de source de Genome Research Limited