An apple a day...

Passionnée des pommes

Depuis déjà plus de sept ans, Julia Frenette cueille, pèle et réduit les pommes en compote
2 mai 2002

Mais pas pour en faire des tartes, ni des chaussons. Tout ce beau travail un peu salissant, elle le fait au nom de la science.

Sa relation intime avec les McIntosh, Golden et Empire a vu le jour il y a longtemps, alors qu'elle était haute… comme trois pommes, en deuxième année de primaire à l'école Glooscap Elementary School de Annapolis Valley en Nouvelle-Écosse, une région pomicole reconnue. C'est à cette époque qu'elle commence à se demander si les pommes possédent quelques mystérieux et extraordinaires pouvoirs. Après tout, ne dit-on pas qu'une pomme par jour éloigne le docteur pour toujours ? Depuis, elle n'a cessé d'examiner ce fruit sous tous ses angles.

Aujourd'hui âgée de 16 ans, notre scientifique en herbe fait déjà preuve d'une étonnante maturité et commence à récolter le fruit de ses efforts. Son travail de recherche sur les pommes lui a d'ailleurs valu de belles récompenses et l'a fait connaître à travers tout le Canada.

Le cheminement de Julia dans le monde scientifique a pourtant débuté bien humblement. Une pomme à la fois.

Sa première expérience scientifique visait à comparer les différentes quantités de jus contenues dans six variétés de pommes distinctes. Pour y arriver, elle prépara d'abord un échantillon de 200 grammes de chacune de ces variétés pour en extraire le jus. Elle s'aperçut que les pommes McIntosh contiennent le plus de jus et que, plus elles sont petites, plus les pommes sont juteuses.

Cette expérience lui mérita une participation à l'expo sciences de sa région, où elle fut remarquée par le juge qui l'encouragea à continuer sa démarche scientifique. Beau départ pour une fillette de deuxième année du primaire.

Encouragée par ce premier succès, Julia poursuivit ses expériences sur les pommes, ce qui lui valut une certaine reconnaissance et quelques prix. Elle est récipiendaire du Prix des pomiculteurs de Nouvelle-Écosse et de celui de Meilleur projet de l'expo sciences régionale d'Annapolis Valley.

Au cours de sa huitième année scolaire, son passe-temps prit une tournure intéressante. Julia fit alors une découverte qui attira l'attention des pomiculteurs de sa région. En cherchant le moyen de ralentir le ramollissement et de prévenir les meurtrissures sur des pommes de variété Honeycrisp lors de l'entreposage, elle se rendit compte qu'il suffisait de les conserver à une température de 3 degrés pour minimiser cette dégradation qui nuit fortement au commerce.

Avec cette découverte, Julia décrocha la médaille d'or de l'expo sciences pancanadienne 2000 de London en Ontario. Elle reçut aussi une bourse d'études de 2000 $ de l'Université Western Ontario. " J 'étais très émue. Je n'en étais qu'à ma huitième année de scolarité et je crois qu'il est très rare que quelqu'un d'aussi jeune remporte une bourse d'études ", lance-t-elle. C'est bourse ne l'a d'ailleurs pas incité à décider précipitamment de son avenir académique. Elle dit avoir encore amplement de temps devant elle pour y penser.

Pas besoin de chercher bien loin pour trouver la source de la curiosité et de l'enthousiasme qui motivent Julia.

Cette rigueur est de famille. Julia l'a sûrement hérité de sa mère Heather Frenette, une enseignante diplômée qui détient en plus un baccalauréat en chimie. Dès la naissance de sa fille, Heather a voulu mettre à profit ses compétences de pédagogue en se consacrant entièrement à son apprentissage. Maman est donc restée à la maison avec la profonde conviction que l'attention supplémentaire qu'elle pourrait ainsi donner a sa fille la stimulerait et l'aiderait à développer pleinement ses capacités intellectuelles. La petite histoire nous apprend qu'elle ne s'est pas trompée. Dès l'âge de cinq ans, la curiosité et l'esprit critique de Julia étaient, à son avis, déjà évidents. " Elle s'interroge sur le pourquoi des choses depuis aussi loin que je me souvienne ", dit Heather Frenette.

Sa mère croit aussi que les soins et l'attention supplémentaires qu'elle a prodigués à sa fille l'ont aidé à développer un esprit scientifique. Et ils vont lui donner un avantage certain pour faire sa marque dans un monde dominé par des chercheurs beaucoup plus âgés qu'elle.

Mais le travail d'une mère n'est jamais terminé. Heather encourage sa fille à participer régulièrement aux expo sciences où elle doit présenter les résultats de ces travaux aux juges. Julia développe ainsi ses talents d'oratrice et son assurance. Sa mère souhaite aussi que Julia comprenne qu'apprendre peut être très plaisant et très stimulant. La poursuite de ces activités de recherche permet déjà à Julia de voyager, de se faire de nouveaux amis et de remporter prix et bourses.

Mais les prix ne sont pas une garantie de succès pour les chercheurs, professionnels comme amateurs, et Julia n'échappe pas à cette règle. L'an dernier, elle a abandonné une recherche intitulée " Est-ce qu'une pomme par jour peut réellement éloigner le médecin pour toujours ? ", où elle vérifiait si les pommes perdent leur vitamine C lorsqu'elles sont entreposées. Après cinq mois de recherches, Julia s'est rendu compte que ses méthodes d'évaluation manquaient de précision et que toute conclusion rigoureuse était impossible. Mais elle n'a pas abandonné la partie pour autant. Elle compte bien reprendre bientôt le travail et trouver une réponse à cette question.

Julia s'affère maintenant à un projet qui évalue les possibilités d'améliorer la qualité des pommes en limitant le nombre de bourgeons qu'on laisse arriver à maturité sur les pommiers. Elle étudie aussi l'efficacité relative des méthodes utilisées pour effectuer ce type d'intervention. Traditionnellement, les pommiers sont émondés de deux façons, soit en utilisant des produits chimiques, soit en enlevant les bourgeons et les branches dont on veut se débarrasser à la main. Julia se demande laquelle de ces deux méthodes aide à produire les meilleures pommes. Pour connaître la réponse, rendez-vous à la prochaine expo sciences d'Annapolis Valley !

Quant à savoir ce qu'elle fera quand elle sera grande, c'est une question à laquelle Julia ne peut répondre pour le moment. Elle a l'embarras du choix. Car cette élève très active dispose d'un large éventail d'intérêts. Talentueuse en mathématiques, elle s'adonne aussi à l'écriture de fiction, fait du bénévolat à l'hôpital local, de la gymnastique depuis dix ans et prend des leçons de danse hip hop.

Mais sa principale passion demeure les pommes. Elle rêve de mettre un jour au point une nouvelle variété de pommes qui sera rouge, croquante et qui gardera sa saveur plusieurs mois après avoir été cueillie. Une pomme aux qualités exceptionnelles, comme Julia.

Tous les amateurs de tartes, de chaussons et de strudels aux pommes lui souhaitent la meilleure des chances.