Fashioning the future

Une femme portant une ombre à paupières rouge spectaculaire pose dans un vêtement futuriste, aux épaulettes hautes et pointues, taillé dans un tissu rouge et bleu marine.

Mode de l’avenir

Vêtements en tissus informatisés éclatants qui renseignent sur la santé
17 décembre 2015
Une femme pose vêtue de deux styles de tuniques futuristes. Les deux créations sont amples et fluides, arborant des motifs tourbillonnants dans les teintes de gris, de bleu et de brun.
 

Les modèles montrent deux exemples de vêtements électroniques
interactifs conçus dans le projet Karma Chameleon du XS lab de
l’Université Concordia. Les habits animés sont fabriqués de fibres
composites qui exploitent l’énergie cinétique de celui qui les porte
en vue de modifier la couleur et la forme en fonction des mouvements.

Photo credit: Ronald Borshan © 2012

Imaginez des vêtements agissant tel un ordinateur à porter. Un changement de couleur traduisant une expression. Des signaux invitant même à la détente lorsque la respiration ou la fréquence cardiaque s’accélère.

Même si Joanna Berzowska, chercheuse à l’Université Concordia, admet que plusieurs de ses projets de recherche sur la technologie vestimentaire ne seront probablement pas en magasin d’ici 15 à 20 ans, certains ouvrent la voie à de fascinantes possibilités. Son objectif? Améliorer les méthodes de tisser des vêtements faits de fibres électroniques. « Le tissage devient une sorte de programmation, explique la directrice du département de design et des arts numériques de l’établissement. Il est possible de programmer le tissu en choisissant certaines fibres fonctionnelles. »

À plus long terme, ses travaux devraient mener à la confection de toute sorte d’« habits intelligents ». Au nombre des applications pratiques, citons des jaquettes d’hôpital qui enregistrent les signes vitaux des patients; des habits militaires qui transforment la chaleur corporelle en énergie, permettant aux soldats de recharger leur équipement; des vêtements chauffants ou refroidissants. Mme Berzowska est également amatrice de mode. Elle veille ainsi à ce que les vêtements de l’avenir combinent à la fois technologie et design. « La mode est un moyen d’expression individuelle. J’envisage donc de créer un vêtement interactif qui pourrait changer de forme et de couleur, et même être utilisé au théâtre. »

Déjà, ses travaux universitaires ont engendré une collaboration intéressante avec OMsignal — une entreprise dérivée de Montréal qui commercialise des vêtements munis de biocapteurs — afin de concevoir des vêtements capables de suivre diverses biosignatures grâce à des capteurs intégrés au tissu. Les données recueillies seraient transmises à votre téléphone intelligent, ce qui vous renseignerait sur votre degré d’activité et de stress. « Il existe tout un mouvement de recherche appelé Quantified Self, fait remarquer la chercheuse, ce qui illustre bien notre fascination à l’égard des données qui nous concernent — les calories ingérées, le battement du cœur, la distance parcourue à pied en une journée. » C’est comme si une seule chemise allait bientôt pouvoir remplacer le moniteur cardiaque, le podomètre et tous les gadgets utilisés pour veiller à notre bien-être.

Mention de source de l’image principale : Ronald Borshan

Premier affichage : décembre 2013