Mirror, mirror on the wall

Un symbole de Wifi orange se détache d’un fond illustrant divers appareils de technologie domestiques comme des équipements de jeux vidéo, des appareils photo, des machines à laver et des ordinateurs portables.

Miroir, miroir, dis-moi…

Imaginez une résidence où les appareils du quotidien vous parleraient — et communiqueraient entre eux
17 décembre 2015

Il est 6 h 30. Le bruit impossible du réveille-matin se fait entendre, vous propulsant littéralement hors du lit et jusque dans la salle de bain. Vous grommelez en vous regardant dans le miroir, puis allez lire le journal en prenant quelques rôties et une tasse de café. Enfin, vous êtes prêt. Voilà peut-être en gros le scénario habituel qui vous attend tous les matins.


 

Un grillage de capteurs de pression intégrés à des draps surveille
vos cycles de sommeil. Un réseau de petits moteurs à vibration vous
réveillera au bon moment.

Photo credit: A. El Saddik

Toutefois, si la vision de chercheurs comme Abdulmotaleb El Saddik se réalise, votre routine du matin pourrait être complètement transformée. M. El Saddik est directeur du laboratoire DISCOVER de l’Université d’Ottawa. Son équipe insère des capteurs et des micropuces dans des objets ordinaires pour recueillir et traiter des données qui sont ensuite mises en commun. « Nous contribuons à créer l’Internet des objets, un réseau où tous les objets seraient liés entre eux, affirme le chercheur. Nous inventons les appareils de l’avenir. »

Ces appareils comprennent notamment des draps, des réveille-matin et des miroirs de salle de bain intelligents ainsi que des cafetières et des grille-pain savants. Liés ensemble, ces gadgets du futur pourront surveiller votre comportement, s’allumer au bon moment et même parler dans votre dos.

« Un exemple. Lorsque vous vous mettrez au lit, vos draps suivront la qualité de votre sommeil pendant la nuit, à savoir si vous dormez d’un sommeil léger ou profond », explique le chercheur. Les draps partageront ensuite ces renseignements avec les autres appareils de la chambre. Ainsi, le réveille-matin saura si vous avez besoin de quelques minutes supplémentaires pour terminer un cycle de sommeil profond.

Au signal du réveil, des capteurs intégrés au plancher de la salle de bain indiqueront qu’il est l’heure de régler l’eau à la bonne température. Au sortir de la douche, une bande de texte se déroulant le long du miroir de la salle de bain affichera les grands titres de l’actualité, la météo et même des courriels. M. El Saddik dote également les miroirs de capteurs et de caméras capables d’enregistrer des données corporelles. « Plusieurs personnes pensent qu’elles sont trop grosses ou trop minces. Nous voulons donc que le miroir affiche leur véritable indice de masse corporelle. Nous aimerions que les gens cessent d’être préoccupés par leur corps et sachent qu’ils sont très bien ainsi et ont gaspillé assez d’énergie à essayer de ressembler à quelqu’un d’autre! »


 

Les capteurs d’une tasse de café mesurent la quantité de liquide,
afin que les autres gadgets de votre demeure du moment soient
prêts pour la prochaine tâche à accomplir.

Photo credit: A. El Saddik

Une fois que vous vous serez éclairci la voix devant le miroir intelligent pour obtenir des renseignements « exacts », poursuit le chercheur, celui-ci enverra un message aux appareils de cuisine apparentés, informant sa cousine la cafetière et son oncle le grille-pain de se mettre au boulot. Lorsque vous émergerez dans la cuisine, une tranche de pain viendra tout juste de sortir de votre grille-pain intelligent automatisé (qui aura omis le beurre après avoir été alerté de votre poids réel par le miroir d’en haut) et les dernières gouttes de café finiront de s’écouler dans votre tasse Wi-Fi. Oui, confirme le chercheur, même votre tasse sera branchée au nuage informatique de votre résidence.

« Lorsque vous aurez presque terminé votre café, votre tasse donnera à votre voiture le signal du démarrage. Essentiellement, vos moindres gestes seront suivis par des capteurs. »

« J’aimerais beaucoup vivre dans une telle maison, avance M. El Saddik. Mais pour être franc, cela pourrait être terrifiant. » Il reconnaît qu’il reste à régler d’importantes questions liées à la sécurité et à la vie privée afin d’éviter que les données personnelles ne soient employées à mauvais escient ou que la résidence ne se transforme en un horrible film de science-fiction, où les appareils se retourneraient contre leurs propriétaires. « Dans mon laboratoire, nous gardons toujours à l’esprit que c’est l’humain qui doit pouvoir décider en fin de compte », précise le chercheur. Ainsi, lorsque votre futur miroir « je-sais-tout » vous donnera ses conseils, vous pourrez le faire taire simplement en le débranchant.

Cet article a été publié à l’origine en décembre 2013