Le profil génétique d’un arbre de Noël

Le profil génétique d’un arbre de Noël

Des chercheurs ont séquencé le génome de l’épinette blanche – l’espèce forestière la plus importante pour l’économie du Canada et l’un des arbres de Noël les plus populaires au pays
4 décembre 2013

Des chercheurs ont réussi à obtenir un premier assemblage de la séquence génomique de l’épinette blanche. Principale espèce forestière au Canada, cet arbre est aussi le plus important sur le plan économique au pays. Le séquençage de ce génome, l’un des plus grands au monde, conférera un avantage notable à l’industrie forestière canadienne qui est évaluée à 23 milliards de dollars.

Joerg Bohlmann de la University of British Columbia (UBC) codirige SMarTForests, un projet multiétablissement de génomique des épinettes, avec John MacKay, chercheur à l’Université Laval. Dans des laboratoires financés en partie par la Fondation canadienne pour l’innovation, MM. Bohlmann et MacKay ont travaillé avec une équipe au projet de séquençage dont les résultats ont été publiés en mai 2013.

À partir du génome obtenu, SMarTForests collabore maintenant avec des généticiens forestiers canadiens pour établir une corrélation entre les caractéristiques physiques et écologiques de l’arbre et les marqueurs présents dans sa carte génétique. On pourra ainsi mettre au point un ensemble d’outils pour sélectionner les meilleurs spécimens en vue de l’amélioration génétique des arbres. Au lieu d’attendre 25 à 30 ans pour déterminer si les efforts de sélection ont porté leurs fruits, les généticiens pourront, en aussi peu que 5 ans, évaluer à partir des marqueurs génétiques si les arbres présentent les caractéristiques souhaitées – résistance aux ravageurs et à la sécheresse, qualité élevée du bois et adaptabilité supérieure aux changements climatiques. La capacité à produire des arbres plus résistants aidera le Canada à demeurer un chef de file dans l’industrie forestière, un secteur où la concurrence est forte à l’échelle mondiale.

Surtout utilisée pour la production de pâte de bois et de bois d’œuvre, l’épinette blanche, qui constitue plus de 50 pour cent des ressources forestières du pays, est aussi cultivée comme arbre de Noël.