Wired to learn

L'apprentissage en mode multimédia

15 novembre 2007
YouTube, baladodiffusions, MySpace, courriels, messages textuels, blogues — continuellement, nous sommes bombardés par une multitude de médias. Mais comment cet univers « câblé » affecte-t-il notre façon d’apprendre et d’interagir avec les autres? Annabel Cohen a consacré sa carrière à répondre à cette question à l’Institute for Interdisciplinary Research in Culture, Multimedia, Technology, and Cognition.
 

Il y a 20 ans, Cohen, qui est maintenant professeure de psychologie à l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard et directrice de recherche à l’Institut, se consacrait à l’étude de la perception musicale chez l’humain. Depuis, elle a élargi son champ d’intérêt pour y intégrer les médias électroniques en tout genre — elle s’intéresse à l’influence profonde qu’ils ont sur notre quotidien.

Une partie de ses recherches portent sur la corrélation entre l’âge et la qualité de l’interaction avec les médias électroniques. D’après elle, le multimédia, au même titre que le langage, pourrait influencer le développement cérébral, particulièrement chez l’enfant. « La plasticité de notre cerveau change avec l’âge. On peut considérer les jeunes d’aujourd’hui comme des natifs numériques, et leurs aînés comme des immigrants numériques qui doivent déployer davantage d’efforts pour parler une langue qui n’est pas la leur », explique-t-elle.

L’Institut travaille en collaboration avec trois universités des Maritimes : l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard, l’Université du Nouveau-Brunswick et l’Université de Moncton. Un important volet de l’infrastructure de l’Institut est constitué de trois classes multimédias — une dans chaque université — reliées les unes aux autres par un réseau à grande vitesse. Cette installation permet à divers groupes de chercheurs oeuvrant dans les domaines de la pédagogie, de la linguistique, de la musicologie, de l’informatique, de l’intelligence artificielle et de la psychologie de travailler ensemble, à distance.

Les chercheurs peuvent examiner et enregistrer les expériences d’apprentissage d’une personne dans un laboratoire multimédia pour ensuite partager l’information par l’intermédiaire d’une bibliothèque audiovisuelle numérique. Annabel Cohen cherche à expliquer comment se fait l’intégration des divers types de médias dans les salles de classe et dans d’autres environnements d’apprentissage.

« Si on se place dans la perspective de l’histoire de l’humanité, le multimédia demeure une avancée toute récente. Le financement de la FCI nous permet de repousser les frontières de nos connaissances afin d’en arriver à établir comment nous pouvons optimiser la contribution future du multimédia en ce qui touche nos apprentissages, nos activités professionnelles et nos loisirs », fait valoir la chercheuse.

VOUS POURRIEZ ÉGALEMENT ÊTRE INTÉRESSÉ PAR :