The future is calling

Des images représentant des icônes de médias sociaux flottent dans les airs alors qu’une main effleure d’un doigt l’écran brillant d’une tablette.

L’appel du futur

Au cœur de la recherche de pointe sur les nouveaux gadgets technos
17 décembre 2015

Par Sarah Brown

Le monde d’aujourd’hui est étourdissant. La recherche technologique évolue rapidement. Les gadgets perçus comme révolutionnaires il y a quelques années à peine passent du laboratoire aux tablettes en un tour de main. Pour le consommateur, le moment est excitant et extraordinaire ‒ tant d’avancées survenant en si peu de temps, dont plusieurs ayant le potentiel de transformer le monde. Les chercheurs des laboratoires financés par la FCI partout au Canada font progresser notre savoir technologique dans de nombreux domaines, jetant les bases de la prochaine génération de technologie grand public. Ce rapport détaillé illustre certains de ces travaux et laisse entrevoir un avenir excitant.

« La technologie constitue désormais notre milieu – celui que nous avons choisi et créé en propre. Nous le façonnons et il nous façonne en retour. »

À l’ère numérique, les chercheurs ne conçoivent pas uniquement les technologies de l’avenir, mais portent également un regard critique sur les importantes répercussions sociales et culturelles engendrées par les outils conçus à l’ère électronique. Après tout, il pourrait s’avérer bien plus difficile de conserver la maîtrise de nos inventions que de les créer.

La société peut-elle conserver une longueur d’avance sur l’évolution technologique?

Selon Andrew Feenberg, nous avons modifié la nature même de notre vie. « Nous avons construit notre nid autour de la technologie à un point tel que nous nous sommes éloignés de notre habitat naturel », avance le chercheur financé par la Fondation canadienne par l’innovation et titulaire d’une chaire de recherche du Canada sur la philosophie de la technologie de la School of Communication de la Simon Fraser University. « La technologie constitue désormais notre milieu – celui que nous avons choisi et créé en propre. Nous le façonnons et il nous façonne en retour. »

Il importe plus que jamais de comprendre que les nouvelles technologies de consommation ne peuvent être perçues comme de simples outils sans contexte social ni conséquences. « Il y a cent ans, les technologies étaient nettement moins présentes et dangereuses. Ainsi, si on ne pouvait pas les maîtriser, cela n’était pas très grave, explique M. Feenberg. Mais aujourd’hui, les utilisateurs doivent absolument avoir la main mise sur ces technologies afin de s’exprimer librement. »

Êtes-vous maître ou esclave de la technologie?

M. Feenberg collabore à plusieurs projets de recherche avec Maria Bakardjieva, qui s’intéressent aux ramifications sociales de la technologie depuis son bureau du Department of communication and culture à la University of Calgary. La chercheuse souligne que même si les écrans, les appareils et les applications qui nous entourent sont toujours plus nombreux, nous avons somme toute tendance à en faire un usage très humain, compte tenu du temps passé sur Skype ou Facebook, à envoyer des textos ou à jouer à des jeux vidéo en temps réel avec nos amis. Ainsi, bien qu’une place toujours plus grande soit consacrée à cette nouvelle réalité dans notre quotidien « hybride » ‒ mi-réel, mi-virtuel ‒ en tant qu’êtres humains, nous avons un grand besoin d’interaction sociale et voulons que ces technologies de consommation favorisent cette collaboration. Les technologies nous permettent également d’entrer en contact avec des gens qui partagent les mêmes intérêts que nous et de prendre une part plus active aux enjeux politiques ou civils. Mais tout pouvoir s’accompagne de responsabilités. « Chaque nouvelle technologie entraîne une période d’adaptation et d’ajustement, affirme Mme Bakardjieva. Cela doit se faire en respect de nos valeurs, de nos idéaux et de la façon dont nous envisageons notre vie et celle de notre entourage. »

Dans ce rapport détaillé, nous présentons des chercheurs canadiens qui étudient et façonnent ces technologies grand public du futur. Sélectionnez une histoire à droite pour connaître certains des travaux réalisés par d’éminents chercheurs dans les domaines de la technologie vestimentaire, de l’informatique souple et des appareils intelligents. Et si les capacités et les limites de l’impression 3D est un sujet qui vous intéresse, lisez l’entrevue avec Matt Ratto du Critical Making Lab de la University of Toronto. Ajoutez notre balado à votre liste de lecture pour savoir comment la cueillette de données transformera un jour une simple sortie au centre commercial; visionnez la vidéo pour voir comment les consoles de jeux de demain pourront « lire dans votre esprit ». Le marché sera bientôt inondé de nouvelles technologies de consommation, mais seules les personnes les plus avant-gardistes se risqueraient à prédire la forme que prendront celles-ci.

Cet article a été publié à l’origine en décembre 2013

  •   Les modèles montrent deux exemples de vêtements électroniques interactifs conçus dans le projet Karma Chameleon du XS lab de l’Université Concordia. Les habits animés sont fabriqués de fibres composites qui exploitent l’énergie cinétique de celui qui les porte en vue de modifier la couleur et la forme en fonction des mouvements.Photo credit: Ronald Borshan © 2012 Imaginez des vêtements agissant tel un ordinateur à porter. Un changement de couleur traduisant une expression. Des signaux invitant même à la détente lorsque la respiration ou la fréquence cardiaque...
  • Il est 6 h 30. Le bruit impossible du réveille-matin se fait entendre, vous propulsant littéralement hors du lit et jusque dans la salle de bain. Vous grommelez en vous regardant dans le miroir, puis allez lire le journal en prenant quelques rôties et une tasse de café. Enfin, vous êtes prêt. Voilà peut-être en gros le scénario habituel qui vous attend tous les matins.   Un grillage de capteurs de pression intégrés à des draps surveille vos cycles de sommeil. Un réseau de petits moteurs à vibration vous réveillera au bon moment.Photo credit: A. El Saddik Toutefois, si la...
  • L’impression 3D n’est pas une nouvelle technologie. Mais comme les imprimantes sont désormais plus petites et plus abordables, les consommateurs peuvent s’en procurer une en version compacte chez Bureau en Gros. Et bien que cette technologie ait été exploitée par des criminels pour imprimer des revolvers indétectables, comme le relataient récemment les journaux, ce n’est évidemment pas ce que la plupart des gens ont en tête en achetant une imprimante 3D. Qu’il soit question d’imprimer de la nourriture ou des vêtements à la mode, les médias regorgent d’idées qui se...
  • Par Sarah Brown Cela semble tellement rétro. La tablette de l’avenir s’apparentera à la feuille de papier. Il sera possible de la plier, de l’enrouler et peut-être même de l’insérer dans la poche arrière d’un pantalon. En novembre dernier, à l’occasion du World Technology Awards qui s’est tenu à New York, des esprits innovateurs du Human Media Lab de la Queen University, qui se penchent sur de nouvelles façons de travailler avec les ordinateurs, ont été honorés pour leur technologie PaperTab — une série d’ordinateurs minces et souples comme une feuille de papier...
  • Un jour, il ne sera plus question, lors du magasinage du temps des fêtes, d’affronter une foule hostile et compacte comme c’est actuellement le cas, affirme Brian Greenspan, directeur de l’Hyperlab de la Carleton University. M. Greenspan et ses étudiants se penchent sur les conséquences d’une culture de type « Big Brother » qui surviennent inévitablement lorsqu’on vit sur un nuage informatique. Dans ce balado traduit, le chercheur guide les auditeurs à travers les dédales d’un centre commercial de l’avenir, décrivant comment les commerçants collectent des données...