It's possible to take a green approach and still be productive

Il est possible de recourir à une approche « verte » tout en demeurant productif

1 juillet 2002

Au cours de la dernière décennie, l'accroissement de la demande mondiale en matière d'énergie ainsi que la forte augmentation de la pollution environnementale ont confronté les gouvernements et les collectivités un peu partout à un dilemme. Au fur et à mesure qu'ils sont forcés de recourir aux sources d'énergie dont ils ont peur, ils se posent une question importante : à quel moment devraient-ils se sentir obligés d'imposer une réglementation de plus en plus contraignante à l'industrie mondiale de l'énergie? À quel moment devraient-ils dire ça suffit?

Pour bien des personnes qui s'efforcent de trouver réponse à ces questions et pour d'autres observateurs en coulisse, la réponse est bien simple : ce moment est maintenant. Conscient de l'évolution des sentiments à ce sujet, le Département de génie chimique et pétrolier de l'Université de Calgary a pris les devants en réclamant la mise au point de technologies intégrées tant que pour le secteur en amont que pour le secteur en aval de l'industrie de l'énergie. Il espère que ce développement technologique puisse se produire au sein de l'Unité intégrée de caractérisation thermale de cette université, initiative rendue possible grâce au soutien en infrastructure fourni par la Fondation canadienne pour l'innovation.

Le soutien de la FCI aide l'Université de Calgary à se doter de l'équipement, de l'infrastructure et du personnel très qualifié dont elle aura besoin pour montrer comment on pourrait mettre au point et utiliser des méthodes permettant l'exploitation économique et compatible avec le respect de l'environnement des réserves en pétrole et en sables bitumineux du Canada. Son but est de convaincre l'industrie pétrolière qu'il est possible de recourir à une approche « verte » tout en demeurant productif.

Sous la direction de Brent Young, les chercheurs de l'Unité intégrée de caractérisation thermale (Raj Metha et Gord Moore) ont l'intention d'illustrer leurs idées au moyen de cinq projets de recherche. Ces projets poursuivront divers objectifs allant de la compréhension du traitement thermique des schistes bitumineux à la détermination des caractéristiques de la combustion du pétrole des réservoirs.

L'infrastructure appuyée par la FCI joue un rôle important car elle permettra au Canada de se doter d'une installation nationale unique en son genre dont se serviront des ingénieurs, des scientifiques, des associés de recherche, des boursiers postdoctoraux ainsi que des étudiants à la maîtrise et au doctorat. Elle favorisera aussi la recherche interdisciplinaire ainsi que les partenariats avec d'autres établissements de recherche, des organismes gouvernementaux et l'industrie privée.

Mais l'aspect le plus important de cette installation est qu'elle permettra aux chercheurs d'entreprendre des projets de recherche novateurs qui contribueront de manière importante à l'amélioration de la santé humaine et de la qualité de vie et à la durabilité de l'environnement. Ces projets favoriseront le développement économique et la création d'emplois, et permettront de réaliser des économies.