Smarter, affordable and local manufacturing for SMEs

Assis sur le sol d’un laboratoire, deux hommes portant des lunettes de sécurité courbent le dos pour travailler sur un appareil de technologie.

Fabrication plus intelligente, abordable et sur place

Le nouveau centre du Conestoga College réduira les coûts des bancs d’essai des entreprises
4 mars 2015

Essayez avant d’acheter. Ce conseil simple est particulièrement judicieux dans le domaine de la production, où même une petite modification du procédé de fabrication peut coûter des millions de dollars en formation et en acquisition de nouveaux équipements. Alors que les grandes sociétés comptent sur leurs propres laboratoires, où ingénieurs, techniciens et autres « créateurs » peuvent expérimenter de nouvelles techniques, les petites et moyennes entreprises n’ont habituellement pas cette option, ce qui risque de compromettre leurs chances de rester concurrentielles.

Greg Robertson a une solution. À titre de directeur de la recherche appliquée et de l’innovation au Conestoga College de Kitchener, en Ontario, il supervise la création du nouveau Centre for Smart Manufacturing, qui permettra à des entreprises locales de faire l’essai de nouveaux procédés de fabrication avant d’engager des investissements considérables. « Quand nous avons demandé à nos clients locaux ce qui était important pour eux, ils nous ont dit rechercher des solutions pratiques », indique M. Robertson, ajoutant que la région de Waterloo compte à elle seule des centaines de petites et moyennes manufacturières. « Nos clients veulent concrétiser leurs idées. »

Prenons l’exemple des téléphones intelligents. Beaucoup de ces petits écrans sont constitués de diodes électroluminescentes organiques qui consomment moins d’énergie et offrent un meilleur contraste que les dispositifs d’affichage à cristaux liquides plus anciens. Malheureusement, ces écrans sont difficiles à produire à grande échelle parce que le fond de panier – la matrice de transistors qui allume et éteint chaque pixel – est sujet aux défectuosités; plus un écran est grand, plus le produit risque de présenter des défauts. Aujourd’hui, la plupart des téléviseurs ont encore des écrans à cristaux liquides.

Une équipe d’étudiants de Conestoga Conjointement s’est associée à deux entreprises locales, DifTek Lasers et Christie Digital, pour mettre à l’essai un nouveau procédé de fabrication qui pourrait permettre de produire des fonds de panier pour téléviseurs exempts de défaut. Le matériau ultrasecret est en cours de développement au Materials Lab du centre, dans un four à température contrôlée de pointe dont l’achat a été financé par la Fondation canadienne pour l’innovation. « Une fois terminé, le projet pourrait changer la façon de fabriquer ces écrans », affirme Greg Robertson.

Le centre ne se limite pas aux fours. Il consiste en un réseau de sept laboratoires, dont chacun s’occupe d’un aspect différent du procédé de fabrication. Le Advanced Sensor Lab abrite des caméras infrarouges qui vérifient rapidement si les matériaux comportent des défauts, alors que le Manufacturing Robotics Lab dispose d’un bras robotique programmable qui fait l’essai de nouvelles façons d’assembler les pièces. Le Manufacturing Prototyping Lab renferme une imprimante 3D haut de gamme, qui permet aux chercheurs de produire deux ou trois versions tests en plastique d’une nouvelle composante en moins de temps qu’il n’en faudrait pour fabriquer un seul prototype en métal. 

Si l’aide aux entreprises locales constitue un aspect clé de la mission de Conestoga, cette collaboration présente aussi d’autres avantages. « En fournissant une solution plus complète à notre collectivité, nous offrons aussi des possibilités plus nombreuses à nos étudiants et à nos professeurs », ajoute Greg Robertson. Ainsi, certains des « créateurs » qui font leurs premiers pas dans ce monde de la haute technologie deviendront peut-être les innovateurs qui lanceront les nouvelles et meilleures technologies de demain.

VOUS POURRIEZ ÉGALEMENT ÊTRE INTÉRESSÉ PAR :