Studying the behaviour of students in a virtual learning context

Étudier le comportement des apprenants dans un contexte d'apprentissage virtuel

1 juillet 2002

Comment faire obstacle au sentiment d'isolement qui empêche certains apprenants de profiter pleinement des nombreux avantages qu'offre l'apprentissage à distance?

Question fondamentale s'il en est. Surtout dans un contexte où le transfert des connaissances et du savoir par le biais des Technologies de l'information et des communications (TIC) est perçu comme la planche de salut des établissements qui possèdent une expertise réelle dans les domaines de l'éducation et de la formation.

C'est justement pour tenter de trouver réponse à ce problème que le Collège communautaire du Nouveau-Brunswick de Bathurst (CCNB Bathurst) a mis sur pied un laboratoire de recherche de haut niveau sur l'interactivité éducative en éducation à distance. Cette nouvelle infrastructure permettra notamment aux chercheurs de cet établissement d'étudier le comportement des apprenants dans un contexte d'apprentissage virtuel de même que les facteurs qui favorisent l'apprentissage dans un univers numérique.

« Ce laboratoire va nous permettre de poursuivre notre travail d'intégration des technologies en éducation, de parfaire notre expertise en formation virtuelle et de développer des modèles de formation à distance. Il nous permettra non seulement d'offrir la même qualité de formation à nos étudiants qui habitent dans les diverses régions qu'à ceux qui habitent dans les grandes villes, mais aussi d'exporter notre contenu éducatif partout au Canada et à l'étranger », dit Jeanne Comeau, doyenne au Développement et à la recherche appliquée au CCNB Bathurst.

Ce tout nouveau laboratoire de recherche sera intégré aux locaux actuels du CCNB Bathurst qui procède en ce moment à l'aménagement et à la rénovation d'espaces physiques déjà existants afin de l'héberger. Ce nouvel aménagement permettra au Collège de réunir en un même lieu ses activités de recherche sur les comportements d'apprentissage en milieu virtuel et sur l'intégration des technologies dans la livraison de contenus éducatifs.

Le nouveau laboratoire de recherche sera muni d'équipement informatique et multimédia de haute performance tel qu'ordinateurs, serveurs, bases de données, caméras d'enregistrement, projecteurs et appareils audiovisuels multipoints. Le tout sera relié à un réseau de diffusion à large bande qui permettra à de multiples utilisateurs d'avoir un accès simultané et de qualité à cette infrastructure à la fine pointe des technologies de l'information et des communications.

Cette nouvelle infrastructure est rendue possible grâce à une collaboration entre le CCNB Bathurst, un des 11 collèges qui forme le Réseau des collèges communautaires du Nouveau-Brunswick, l'Association des collèges communautaires du Canada et la Fondation canadienne pour l'innovation (FCI).

Dès janvier 2003, un premier groupe d'étudiants en ligne alimentera les travaux et les réflexions des chercheurs associés au CCNB Bathurst.

Ces 20 étudiants, qui sont des professionnels du monde de l'enseignement, suivront un cours de formation à distance portant sur les stratégies d'apprentissage et d'enseignement. Leur démarche et leur évolution cognitive seront scrupuleusement analysées et évaluées grâce aux techniques déployées dans le nouveau laboratoire.

Les apprenants seront divisés en deux groupes de 10. L'un de ces groupes recevra de la formation dans un environnement Internet traditionnel où on peut obtenir de l'information et l'échanger de façon indirecte et décalée avec les autres étudiants et le formateur. Le second groupe suivra ce cours dans un environnement 3D dans lequel chaque apprenant prend la forme d'un avatar (personnage virtuel) qui peut se déplacer à l'intérieur d'une école virtuelle ayant portes, fenêtre et salles de classe et échanger de l'information en temps réel avec les autres apprenants et le formateur.

L'expérience sera répétée trois fois en offrant chaque fois exactement la même formation ce qui permettra aux chercheurs d'isoler des paramètres qualitatifs précis et de dégager des données comparatives inhérentes aux résultats de ces deux approches.

« L'un des problèmes identifiés lors des expériences de formation à distance est que nombre d'apprenants ont de la difficulté à demeurer motivés parce qu'ils n'ont pas le sentiment d'appartenir à un groupe, comme c'est le cas dans un environnement d'apprentissage traditionnel. Plusieurs se sentent laissés à eux-mêmes et abandonnent leurs études en cours de route. Les travaux que nous allons effectuer dans ce laboratoire vont justement nous permettre de trouver des moyens de combler ces lacunes », ajoute Gildard Haché, chercheur et coordonnateur du projet de formation en environnement 3D au nouveau laboratoire du CCNB Bathurst.

« Nous allons aborder cette expérience d'un point de vue purement cognitif en évaluant le rôle que peuvent jouer l'environnement 3D et les discussions en temps réels sur l'aspect socio-affectif, la créativité et la motivation des apprenants », déclare le conseiller pédagogique du projet Jean-Jacques Doucet.

Les études qui portent sur les facteurs de réussite et d'échec en matière de formation à distance confirment que seul face à un ordinateur, l'apprenant souffre de ce que les pédagogues appellent un déséquilibre spatio-temporel, c'est-à-dire d'un manque de repères spatiaux et de la notion de temps qui sont intimement associés au confort émotif nécessaire à toute expérience d'apprentissage. En bref, le sentiment de solitude auquel sont confrontés les apprenants laissés seuls face à une boîte informatisée peut les démotiver et peut en empêcher plus d'un d'apprendre.

L'environnement 3D et les salles de classes virtuelles seront-ils en mesure de combler cette lacune? Si oui, dans quelle mesure? C'est notamment ce que le nouveau laboratoire de recherche du CCNB Bathurst va permettre de découvrir.