Green paper

Du papier vert

15 avril 2007
Le chlore utilisé par nombre d’usines de pâtes et papiers pour blanchir la pâte de bois crée des produits chimiques nocifs qui menacent la chaîne alimentaire. On sait que certains de ces produits peuvent perturber, imiter et bloquer les systèmes hormonaux responsables de la régulation de la reproduction, de l’apprentissage, du comportement et de la résistance aux maladies chez les humains et chez les animaux.
 

Yonghao Ni, directeur du Dr Jack McKenzie Limerick Pulp and Paper Research and Education Centre à l’Université du Nouveau-Brunswick, met toute son énergie à résoudre le problème. Le chercheur et son équipe ont mis au point des technologies de blanchiment plus efficaces qui ont été relayées à l’industrie des pâtes et papiers.

Tout a commencé il y a quelque dix ans quand Yonghao Ni a participé à la création d’une installation intégrée de produits forestiers. L’installation accueille une équipe multidisciplinaire composée d’ingénieurs chimiques, de forestiers et de gestionnaires de l’environnement en vue de mettre au point des technologies vertes pour l’industrie forestière.

« Le financement de la FCI a joué un rôle majeur dans la formation de notre équipe. Elle m’a encouragé à collaborer avec les autres et à approfondir davantage mes recherches », indique le scientifique.

Les recherches de Yonghao Ni continuent de donner des résultats concluants. Toute l’industrie forestière est soumise à de fortes pressions de la part des gouvernements et des groupes environnementaux qui veulent la voir adopter des normes plus élevées. Le chercheur et son équipe travaillent avec le secteur afin de mettre au point des méthodes de traitement plus propres et plus efficaces — des nouvelles technologies qui garderont le Canada à la fine pointe de l’industrie forestière.