Eggs for eggheads

Des oeufs pour les « bolés »

Derek Clouthier confirme les vertus d'un bon petit déjeuner
1 janvier 2008
Combien d’heures de sommeil sont vraiment requises pour un adolescent? Prendre un bon petit déjeuner importe-t-il réellement? Quelle est la dose d’exercice idéale ? La méthode du bourrage de crâne fonctionne-t-elle? Ces questions peuvent constituer de sérieux conflits entre parents et enfants, en particulier au moment des examens. Les parents font pleuvoir les conseils en se réclamant de leur expérience. Les enfants agissent à leur guise. Tous deux sont convaincus d’avoir raison.
 

Mais ne désespérez pas… des éléments de réponse se dessinent. Un adolescent de la région d’Ottawa a mis en lumière des faits révélateurs dont parents comme enfants pourront tirer de précieux enseignements et, du même coup, s’est mérité une reconnaissance nationale.

Derek Clouthier avait 17 ans lorsqu’une affiche apposée dans le gymnase d’Arnprior, sa ville natale en Ontario, a piqué sa curiosité. « On y lisait que le fait de ne pas boire suffisamment d’eau nuisait aux activités mathématiques », se rappelle-t-il. Derek, qui ne prend rien pour acquis, a alors décidé de vérifier cette affirmation à l’occasion du projet de 12e année qu’il devait préparer pour l’Expo-sciences. Pour que ce projet retienne l’attention des étudiants, il a axé sa recherche sur l’exercice, la nutrition et le sommeil et a cherché à connaître comment ces paramètres pouvaient affecter l’exécution de diverses tâches.

Derek a donc conçu une série d’épreuves destinées à évaluer les capacités visuelles, motrices, verbales, mathématiques et rédactionnelles de ses sujets, et a ensuite fait subir ces épreuves à 45 étudiants de niveau secondaire et à 15 étudiants terminant le niveau primaire, au cours de deux séances. Lors de la première, les étudiants avaient pris un petit déjeuner santé, alors qu’à la seconde, ils avaient l’estomac vide. Derek a aussi tenu compte du programme d’exercices et du nombre d’heures de sommeil observés lors de la semaine précédant les épreuves. L’analyse des résultats, qui a exigé des dizaines d’heures de travail, lui a permis d’obtenir des statistiques qui, dans leur grande majorité, raviront aussi bien les ados que les parents.

« L’exercice n’a pas d’incidence significative », mentionne Derek. Par contre, le petit déjeuner et le sommeil comptent. Les enfants qui s’étaient contentés d’une boisson gazeuse en guise de petit déjeuner ou qui n’avaient pas dormi suffisamment n’ont pas bien réussi. Par contre, ceux qui, de façon générale, avaient eu une alimentation saine et des heures de sommeil adéquates ont beaucoup mieux performé. Quelle est donc la formule gagnante pour réussir aux examens, selon Derek ? Un petit déjeuner composé de café et d’œufs, après une bonne soirée de bourrage de crâne. « Les œufs sont riches en nutriments et le café est un stimulant à court terme : ces deux facteurs favorisent la concentration », précise le jeune homme.

En tout, Derek a consacré 250 heures à ce projet bénévole, témoignant ainsi d’une motivation exemplaire pour un étudiant de niveau secondaire. Ses enseignants n’en ont pas été étonnés. Karen Dodds, son professeur de biologie lors de sa 12e année à la Arnprior District High School, révèle que « Si un problème surgissait ou si un sujet suscitait sa curiosité, Derek approfondissait toujours ses recherches », précisant « Il n’est pas du genre à baisser les bras devant un obstacle ».

Deux années plus tard ou presque, Karen Dodds présente encore le projet primé de Derek à ses étudiants. Ce projet a valu à son auteur des bourses et des prix, ainsi qu’une invitation à l’édition 2006 de l’Expo-sciences pancanadienne. Cependant, affirme Derek, qui est de son propre aveu un « bolé », la reconnaissance n’était pas le but visé. Voici ce qu’il en dit : « Ma principale motivation, dans le cadre de ce projet, tenait à la possibilité de faire cette expérience. Je me suis amusé de A à Z. Je tiens à aller au fond des choses. Je voulais mener ce projet seul, sans qu’un professeur ou un parent me dicte le sujet de ma recherche. Et j’ai apprécié cette liberté plus que tout ! »

Maintenant étudiant à l’Université de Guelph, Derek continue de faire preuve de motivation et d’autonomie. Il compte prendre des cours tout en intégrant un programme d’alternance travail-études qui lui permettra d’obtenir une double spécialisation en biochimie et en mathématiques/statistiques. Malgré un emploi du temps très chargé, Derek trouve encore le moyen de consacrer des heures à résoudre bénévolement des problèmes. Dans le cadre de son cours de calcul de première année, par exemple, les étudiants avaient accès à un site Web où ils pouvaient poser des questions. Jack Weiner, le professeur de calcul de Derek, mentionne qu’il était l’un des deux seuls étudiants de sa classe à se montrer « très attentif aux nouveaux messages affichés et toujours disposé à venir en aide à ses collègues », ajoutant que « Derek est non seulement brillant, mais dévoué ».

En dernière analyse, le projet scientifique réalisé par Derek au secondaire a-t-il eu un effet sur son comportement? Oui, mais fort probablement passager. Derek fait de l’exercice, mange bien et dort tout son saoul (sauf en période d’examen), mais il est impatient d’amorcer sa carrière et d’investir son incroyable énergie dans son travail.

« Je me vois travailler des heures interminables, à l’instar des médecins, dit-il. Tant et aussi longtemps que je pourrai travailler et dormir, je serai heureux ».

N’en dites surtout rien à sa mère !