It's in the genes!

C'est dans les gènes!

Un adolescent fait son entrée au laboratoire et prouve qu'il a la volonté de réussir
2 octobre 2003

Parfois, poser une bonne question vous rapporte plus qu'une bonne réponse. Votre vie peut alors prendre une tout autre orientation.

C'est exactement ce qui est arrivé à Will Turk au début de l'an dernier lorsque, à l'âge de 14 ans, il a posé une question à un chercheur qui venait rendre visite à sa classe de 9e année à l'école secondaire Grant Park, à Winnipeg.

Il se trouve que ce chercheur était le Dr David Eisenstat, pédiatre et spécialiste en neurobiologie du développement de l'Université du Manitoba. Il était venu présenter aux élèves du secondaire un bref aperçu de la génétique suivi d'une description de ses travaux sur les facteurs qui influent sur le développement du tissu cérébral et oculaire chez la souris. Son exposé a suscité plusieurs bonnes questions de la part des élèves, qui voulaient, par exemple, savoir si l'insertion de gènes de mouche dans une souris lui ferait pousser des ailes. Mais la question de Will sur la génétique, aussi simple que pénétrante, le démarqua des autres élèves et impressionna le Dr Eisenstat. « Tout au fond de la classe, il y avait ce grand gamin qui portait une veste sport en cuir. Il m'a dit : "Docteur Eisenstat, je crois que le problème majeur dans votre recherche, c'est que vous devez trouver où vont ces cellules et ce qui bloque leur migration" », raconte le chercheur.

Will avait intuitivement cerné les éléments cruciaux qu'explorait le Dr Eisenstat dans sa recherche. Lorsqu'il appela le scientifique quelques semaines plus tard pour lui demander s'il pouvait poursuivre un projet d'une expo-sciences dans le cadre des activités du laboratoire de l'université, le chercheur réagit favorablement. Mais il y avait un obstacle. Will devrait d'abord apprendre comment mener des expériences et manipuler l'équipement perfectionné, essentiel aux recherches en biologie moléculaire. Ils conclurent finalement une entente qui allait changer la vie de Will.

L'adolescent, qui n'avait jamais mis les pieds dans un laboratoire, s'absenta deux semaines de l'école pour s'immerger dans son nouveau milieu. « Je suis arrivé sans idée préconçue », dit-il. Fidèle à sa parole, il maîtrisa tous les aspects techniques du laboratoire, depuis le maniement des pipettes et des centrifugeuses jusqu'à l'enregistrement numérique de la fluorescence des prélèvements tissulaires à l'aide d'un microscope. En un rien de temps, il avait gagné la confiance des étudiants, des techniciens et des autres chercheurs qui travaillaient dans ce laboratoire.

Étape suivante : le temps était maintenant venu de se concentrer sur ses propres travaux. Pour son projet d'expo-sciences, Will recourut à deux techniques pour étudier l'expression des trois gènes qui déterminent comment les yeux d'une souris se développent et grossissent, au cours de l'embryogenèse et après la naissance. Ces travaux furent ensuite intégrés aux activités du laboratoire du Dr Eisenstat, qui portent sur l'étude de toutes les facettes du comportement des gènes Dlx. Le projet de Will lui valut une médaille d'or à l'Expo-sciences pancanadienne de Saskatoon et un prix Génome Canada en mai 2002. Pas mal comme début pour quelqu'un qui ne conduit pas encore une voiture !

Même si, au laboratoire, Will semble avoir connu le succès du jour au lendemain, la recherche scientifique ne lui était néanmoins pas totalement étrangère. En quatrième année, il s'était inscrit au concours « Inventez un extraterrestre », et il avait par la suite participé régulièrement à des concours d'expo sciences. Les travaux qu'il mena avec le Dr Eisenstat marquèrent l'étape suivante de son odyssée scientifique et le hissèrent à un nouveau niveau d'expertise.

Malgré son succès dans les grandes ligues, Will n'a pas oublié de vivre son adolescence. Il utilisa les 3 100 dollars qui lui furent remis en même temps que sa médaille d'or pour s'acheter un scooter, ce qui soulage un peu sa mère qui allait le conduire régulièrement à l'Université du Manitoba. Il poursuit ses travaux dans le cadre d'un projet complémentaire qu'il a présenté au Salon international des sciences et techniques Intel à Cleveland, en mai 2003.

Quels sont les plans de Will, à court terme ? Même si ses journées sont bien remplies à l'école avec les études et les activités sportives, le jeune homme, qui a maintenant 16 ans, est de retour dans le laboratoire du Dr Eisenstat pour les trimestres d'automne et d'hiver. Et comme tout bon « jeune innovateur », il participe déjà à plusieurs projets nouveaux et stimulants avec d'autres chercheurs de l'Université du Manitoba.