Blueberries: the elixir of healthy aging

Bleuets: l'élixir pour vieillir en santé

Des étudiants démontrent les bienfaits des fruits dans la lutte contre les maladies associées au vieillissement
31 janvier 2005
 

De nombreuses preuves le confirment : un régime riche en fruits et en légumes prévient le vieillissement en contrant la détérioration à long terme des fonctions cognitives et motrices. Un tel régime pourrait aussi protéger contre certaines maladies neurodégénératives comme la maladie d'Alzheimer et de Parkinson.

Intéressés par le sujet, trois étudiants de 11e année de l'Académie Ambrae, à Halifax, Gabriel Rigg, 17 ans, David Dickinson, 16 ans, et Michael Armson, 16 ans, se sont lancés dans une étude intitulée Bleuets, élixir pour vieillir en santé : étude in vitro des propriétés neuroprotectrices des fruits polyphénoliques.

Les fruits tels que les bleuets renferment une forte concentration d'éléments chimiques et nutritifs qui leur confèrent une très grande capacité antioxydante : cette propriété combattrait efficacement, dit-on, les effets du vieillissement. Pour vérifier cette théorie, la jeune équipe de la Nouvelle-Écosse a utilisé les bien connues cellules neuronales Shi-Y dans quatre tests in vitro.

Dans le premier test, les étudiants ont ajouté de l'extrait de bleuet aux cellules Shi-Y. Dans le deuxième, du peroxyde d'hydrogène, pour simuler les effets d'un agent endommageant les cellules. Ils ont ajouté à la fois de l'extrait de bleuet et du peroxyde aux cellules Shi-Y dans le troisième test. Quant au quatrième, il s'agissait d'un test témoin – un placebo – qui ne comportait que des cellules Shi-Y.

Les résultats? Les plaquettes où il y avait de l'extrait de bleuet affichaient moins de cellules mortes que les plaquettes témoins ; l'extrait de bleuet a protégé les cellules même sur les plaquettes où on avait ajouté du peroxyde d'hydrogène.

« Nous étions très excités par les résultats, a dit un des membres de l'équipe, Michael Armson. Cependant, notre étude ne peut pas confirmer que la même chose se produirait dans le corps humain parce que nous ne savons pas si les antioxydants sont absorbés ou transformés par la digestion et si cela influerait sur leur capacité de protéger les cellules du cerveau; cet aspect devra faire l'objet d'une autre étude. »

Si tout va bien, il se pourrait qu'un jour la génération du baby-boom ait à remercier ces trois étudiants d'Halifax… sans compter les producteurs de bleuets de la Nouvelle-Écosse.

Reproduit avec la permission d'Aventis Pasteur Limited, commanditaire principal de l'Aventis Biotech Challenge.