Selon la professeure Bartha Knoppers, le partage des données volumineuses rationalisera la recherche en génomique et en santé

16 décembre 2015

OTTAWA (ONTARIO) ‒ À l’assemblée publique annuelle de la Fondation canadienne pour l’innovation qui s’est déroulée hier, la professeure Bartha Maria knoppers, directrice du Centre de génomique et politiques de l’Université McGill, s’est penchée sur la façon dont la technologie, comme l’informatique en nuage, pourrait servir à créer une imposante bibliothèque numérique contenant des données en génomique et en santé.

ÉCOUTER : présentation de la professeure Knoppers – Première partie (en anglais seulement)

                 présentation de la professeure Knoppers – Deuxième partie (en anglais seulement)

La professeure Knoppers a mentionné que les chercheurs de partout au monde pourraient utiliser la grande quantité de données contenues dans cette bibliothèque en nuage pour cartographier rapidement de nouvelles compositions du génome humain et concevoir des traitements pour des maladies génétiques. La professeure Knoppers a toutefois souligné que les questions de confidentialité, d’éthique, de normes de recherche et de légalité devraient d’avoir être harmonisées mondialement avant la mise en service complète d’une bibliothèque génomique mondiale.

VISIONNER : présentation Powerpoint de la professeure Bartha Knoppers (en anglais seulement)

Les commentaires de la professeure Knoppers ont été formulés tout juste après l’annonce de Génome Canada et des Instituts de recherche en santé du Canada d’un investissement de 3,3 millions de dollars dans Can-SHARE  ‒ un programme national dirigé par la professeure Knoppers qui fera la promotion de l’innovation dans l’utilisation des données en génomique pour améliorer la prestation des soins de santé au Canada et dans le monde.

LIRE : Une nouvelle conception des données génomiques

La présentation de la professeure Knoppers a suivi des allocutions de Messieurs Kevin Smith et Gilles Patry, respectivement président du conseil d’administration de la FCI et président-directeur général de la FCI. M. Smith a souligné les réalisations de l’organisation au cours de la dernière année financière alors que M. Patry a parlé des activités et des orientations stratégiques à venir en 2015-2016. Plus de 80 personnes ont participé à cet événement, dont des élus, des représentants d’organismes fédéraux de financement de la recherche, des dirigeants d’établissements postsecondaires, des scientifiques reconnus et des membres des médias.