La série Conversations de la Fondation canadienne pour l’innovation, au UBC Robson, met en lumière le développement des jeunes enfants

8 février 2012

Activité :  La série Conversations de la Fondation canadienne pour l’innovation, au UBC Robson Square, présente une conférence publique d’Adele Diamond et de Clyde Hertzman sur le développement des jeunes enfants

Heure et date : 18 h à 19 h 30, mercredi 8 février 2012

Emplacement : Plaza Lounge, UBC Robson Square, 800, rue Robson, Vancouver

Information : Activité publique et gratuite. Il n’est pas nécessaire de réserver. La conférence sera suivie d’une période de questions et réponses; un léger goûter sera également servi. Pour obtenir plus d’information, veuillez visiter www.innovation.ca ou www.aaas.ubc.ca (en anglais seulement).

En même temps que les bébé-boumeurs vieillissants achètent de plus en plus de jeux de mémoire et participent en plus grand nombre à des ateliers pour améliorer la mémoire, de nouvelles données probantes mises au jour par deux chercheurs de l’Université de la Colombie-Britannique (UBC) démontrent que l’enfance demeure la période la plus importante pour améliorer ou fragiliser les capacités cognitives.

Madame Adele Diamond et Monsieur Clyde Hertzman, titulaires de chaires de recherche du Canada, connaissent très bien les facteurs et les activités servant à déterminer si une personne s’épanouira ou éprouvera des difficultés lorsqu’elle sera confrontée à des défis qui lui demandent de la vivacité, de la souplesse et de la créativité mentale. Les deux chercheurs feront connaître leurs points de vue dans une conférence publique commanditée par la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI) et l’UBC.

Professeure au département de psychiatrie de l’UBC, Mme Diamond est l’une des meilleures chercheures au monde dans le domaine du développement des fonctions exécutives comme le raisonnement, la mémoire de travail, la maîtrise de soi, la souplesse et la résolution de problème. Elle croit que les fonctions exécutives sont essentielles au succès scolaire des enfants; les améliorer réduira le nombre de diagnostics d’hyperactivité avec déficit d’attention et de décrocheurs, et diminuera de façon importante la toxicomanie et la criminalité chez les jeunes.

Grâce au soutien de la FCI, la professeure Diamond mène une étude pilote sur le programme Tools of the Mind en Colombie-Britannique, qui fait la promotion des fonctions exécutives chez les jeunes enfants. Selon elle, les accessoires et les pièces de théâtre prévus au programme ont amélioré grandement le rendement scolaire des enfants.

« Bien que logique, il est faux de prétendre que l’amélioration du succès scolaire passe d’abord par l’enseignement théorique. Il est également nécessaire de se pencher sur les besoins émotionnels, physiques et sociaux de l’enfant », dit-elle.

De son côté, M. Hertzman examine les conditions en très bas âge, dont les niveaux de stress des parents, la stabilité du quartier ou la disponibilité de livres, pour savoir si elles laissent des traces permanentes sur le cerveau – ou à un niveau plus profond, le fonctionnement des gênes.

« Même après 40 ans, ces conditions marquent l’ADN, affectant jusqu’à 40 pour cent des gênes », affirme-t-il.

La Colombie-Britannique est la première compétence dans le monde à avoir procédé à une surveillance détaillée des enfants par quartier.

« Nous avons démontré la différence énorme qui existe, d’un quartier à l’autre, chez les enfants de la Colombie-Britannique, au moment de commencer l’école. Dans certains quartiers, moins de cinq pour cent des enfants n’ont pas atteint les niveaux de développement souhaités (cognitif, émotionnel, social et physique). Ce pourcentage grimpe à plus de 60 pour cent dans d’autres quartiers », indique-t-il.

Selon lui, les données de l’étude pilote ont eu des répercussions sur des centaines de politiques et de projets. Le réseau de bibliothèques de Victoria, par exemple, a construit une nouvelle succursale dans un quartier ayant affiché des pointages assez faibles dans les capacités cognitives et langagières, en plus de mettre sur pied un programme de sensibilisation destiné aux familles.

Dans la perspective de l’assemblée générale annuelle de l’American Association for the Advancement of Science qui se tiendra ce mois-ci, à Vancouver, la FCI et l’UBC s’unissent pour présenter une série de quatre conférences soulignant l’innovation canadienne. Ces conférences porteront sur diverses activités de recherche menées au Canada, de l’imagerie cérébrale, en passant par le développement de l’enfant à l’informatique quantique. Pour obtenir plus d’information sur cette activité, veuillez visiter www.innovation.ca ou www.aaas.ubc.ca (en anglais seulement).

Au sujet de la Fondation canadienne pour l’innovation
La Fondation canadienne pour l’innovation procure aux chercheurs les outils dont ils ont besoin pour voir grand et innover. Ses investissements dans des installations et de l’équipement de pointe permettent aux universités, aux collèges, aux hôpitaux de recherche et aux établissements de recherche à but non lucratif du Canada d’attirer et de retenir le meilleur talent au monde, de former la prochaine génération de chercheurs, d’appuyer l’innovation dans le secteur privé et de créer des emplois de grande qualité qui renforcent l’économie et qui améliorent la qualité de vie de tous les Canadiens. Pour en savoir plus, veuillez visiter le www.innovation.ca.

-30-