Trouver chaussure à son pied

19 novembre 2013

Il y a près de deux ans, Marie-Claude Héroux et Grégoire Dorval, fondateurs de Champignons Advitam inc. à Saint-Ours, au Québec, cherchaient un moyen d’élargir la gamme de leurs produits. Une rencontre fortuite avec un professeur de biologie à l’Université de Montréal, Mohamed Hijri, expert en champignons, a marqué le début d’un partenariat pour mettre à l’essai une méthode de production innovatrice d’une espèce de champignons de grande valeur, nouvelle au pays. L’expertise de M. Hijri et l’accès à son laboratoire de pointe ont aidé les entrepreneurs à conquérir de nouveaux marchés et à accroître leur chiffre d’affaires.

Voilà un exemple de mariage réussi entre le secteur privé et le milieu de la recherche. L’innovation entre en scène lorsqu’une société utilise la recherche pour trouver une façon innovatrice d’améliorer son modèle de gestion. Bien qu’il s’agisse ici d’une innovation à petite échelle, tous les gens d’affaires sans exception – entrepreneurs de petites et moyennes entreprises ou grandes sociétés – peuvent tirer parti d’une expertise en recherche pertinente.

Le soutien de l’innovation sous toutes ses formes est au cœur des trois volets du mandat de la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI). Nous faisons en sorte que les meilleurs chercheurs au Canada aient accès à l’infrastructure de pointe indispensable pour mener des recherches de calibre mondial dans toutes les disciplines, de la découverte à la recherche appliquée. En retour, ces installations et cet équipement de recherche contribuent à attirer et à maintenir en poste les meilleurs talents au monde et à créer un environnement stimulant pour la formation de la prochaine génération de chercheurs et d’innovateurs.

Des collaborations comme celles entre Champignons Advitam et les laboratoires financés par la FCI à l’Université de Montréal témoignent de notre réussite à concrétiser le troisième volet de notre mandat, soit de renforcer la capacité des universités, des collèges, des hôpitaux de recherche et des établissements à but non lucratif du Canada à soutenir l’innovation et la commercialisation dans le secteur privé.

Selon un récent rapport de l’Association des universités et collèges du Canada, ce type de partenariat mutuellement bénéfique se développe partout au pays. Nos universités mènent chaque année des activités de recherche évaluées à près de 1 milliard de dollars en collaboration avec le secteur privé, fournissant « la matière première intellectuelle qui alimente l’innovation et favorise la prospérité ».

Toutefois, les collaborations ne vont pas nécessairement de soi. Les entreprises peuvent trouver difficile d’exploiter les ressources en recherche des établissements postsecondaires. Elles ne connaissent peut-être pas les ressources à leur disposition ou le type de laboratoire ou d’expertise disponible. À la FCI, nous croyons nécessaire de remédier à cette situation. Après tout, il y a des installations de recherche partout au pays dotées d’outils de pointe et de brillants cerveaux pour les utiliser. Il existe un formidable potentiel en recherche et développement dans pratiquement chaque discipline, prêt à servir le secteur privé.

Ce potentiel prend source en grande partie dans plus de 8 000 projets financés par la FCI depuis sa création en 1997. Ces projets ont aidé les chercheurs canadiens à faire leur marque sur la scène internationale. Alors que les Canadiens ne représentent que 0,5 pour cent de la population mondiale, les chercheurs du Canada produisent près de 5 pour cent des documents de recherche les plus fréquemment cités. Selon une récente évaluation du Conseil des académies canadiennes, la recherche au pays se classait au sixième rang dans le monde pour ce qui est de l’impact global. Il est clair qu’au chapitre des capacités de recherche de nos universités, nos collèges et nos hôpitaux de recherche, nous n’accusons plus de retard, mais nous sommes bien à l’avant-garde. Le temps est maintenant venu d’assumer le leadership des collaborations de recherche avec le secteur privé – un processus que la FCI compte faciliter.

L’exploitation de l’incroyable réserve de capacités de recherche du Canada en vue de développer le potentiel d’une entreprise est une démarche tout à fait naturelle pour des gens d’affaires comme les fondateurs de Champignons Advitam; cette démarche a d’ailleurs fait ses preuves à maintes reprises dans des établissements partout au pays. La FCI réitère sa priorité d’encourager et de créer de tels rapprochements. Pour trouver de nouvelles façons d’y arriver, les établissements de recherche, les entreprises et les organismes tels que la FCI doivent s’engager dans une réflexion novatrice.

Gilles Patry est président-directeur général de la Fondation canadienne pour l’innovation, la seule organisation qui finance l’infrastructure de recherche de pointe au pays. Cet article d’opinion a été publié à l’origine dans le journal The Hill Times le 18 novembre 2013.​