Faire le point

19 janvier 2012

En 2012, la Fondation canadienne pour l’innovation franchira une étape importante de son existence – 15 années de soutien à la recherche de calibre mondial en finançant l’infrastructure de recherche de calibre mondial.

Quinze années qui ont fait toute une différence. Nous avons maintenant au Canada un rayonnement synchrotron qui remonte dans la microstructure des matériaux. Nous avons aussi un brise-glace de recherche qui surveille la fragilité de notre océan Arctique et un réseau mondial d’observation de l’océan qui contrôle nos pêches. Nous avons également créé des carrefours d’expertise dans tout le pays, de la génomique en Colombie-Britannique aux cellules souches en Ontario, en passant par la photonique au Québec et l’océanographie à Terre-Neuve-et-Labrador.

De fait, les investissements de la FCI ont transformé la capacité de recherche des collèges, des universités et des hôpitaux de recherche. Les chercheurs possèdent maintenant les outils de pointe dont ils ont besoin pour aborder les prochaines grandes questions – faire les découvertes clés qui feront progresser les connaissances. Ce faisant, la FCI a établi des liens entre les gens et les secteurs d’activité vers l’atteinte d’un objectif commun : recruter et maintenir en poste le meilleur talent au monde pour transformer des idées en des solutions novatrices dont bénéficient des gens des quatre coins du monde.

Depuis la création de la FCI en 1997, l’exode des cerveaux du Canada a fait place au recrutement de nouveaux cerveaux au pays, sans compter que le Canada s’est toujours classé parmi les premiers au monde pour la production de résultats de recherche. Les chercheurs canadiens discutent et collaborent avec leurs homologues étrangers comme jamais auparavant. Toutes ces réalisations découlent directement des investissements constants et stratégiques du gouvernement du Canada dans tous les domaines de recherche et de développement technologique qui ont permis ces réalisations.

Mais les choses évoluent. Les défis de 1997 sont bien différents de ceux qui nous attendent dans les prochaines années. À titre d’exemple, les Canadiens assisteront à d’importants changements sociaux, économiques et démographiques. Quant à la récente crise économique mondiale, elle a accru la pression sur les finances publiques. Bien au fait de ces changements, la FCI a fait le point sur sa place dans cet environnement. Elle a adopté une feuille de route stratégique qui l’aidera à définir la voie à emprunter dans les années à venir et les actions à poser pour contribuer à l’avancement de la recherche au Canada.

Divers rapports indiquent clairement que le Canada a besoin d’appuyer davantage l’innovation dans le secteur privé et d’accroître la capacité des collèges et des universités à travailler de façon plus efficace avec ce secteur. En d’autres termes, nous devons améliorer la façon dont nous transformons la recherche en innovation et l’innovation en entreprise. Cette évaluation a été appuyée par le récent groupe d’experts sur la recherche-développement du gouvernement du Canada qui a insisté sur l’importance de trouver des moyens plus efficaces de soutenir l’innovation afin de renforcer la compétitivité des entreprises à long terme et enfin, d’améliorer la qualité de vie de tous les Canadiens.

Qu’il s’agisse de microscopes électroniques, de stations d’épuration des eaux usées ou de bases de données de transactions financières, l’infrastructure de recherche est une condition préalable essentielle à la recherche et au développement technologique de calibre mondial. Mise en place avant tout grâce aux investissements constants du gouvernement du Canada, l’infrastructure représente l’un des principaux moteurs de l’industrie du savoir qui alimente le système d’innovation canadienne.

En tant qu’organisme financé par l’État, la FCI, de pair avec les organismes fédéraux du financement de la recherche et autres organismes de soutien à la recherche, doit relever les défis de la modernité et mettre à profit les grands talents et le savoir-faire exceptionnels de nos collectivités dans l’élaboration de solutions efficaces.

Pour sa part, la FCI cherche des moyens de mieux tirer parti de ses investissements antérieurs et de faire évoluer ses fonds pour qu’ils puissent soutenir et renforcer la capacité des établissements de recherche.

Dans le cadre de sa mission visant à soutenir le système d’innovation dans son ensemble, la FCI remplit son mandat en investissant dans l’infrastructure de recherche nécessaire aux meilleurs chercheurs canadiens pour découvrir, développer et appliquer de nouvelles connaissances dans tous les domaines de la science, de la santé, du génie, des sciences humaines et de l’environnement.

La feuille de route stratégique met en évidence nos actions pour continuer d’exceller dans ce que nous faisons : soutenir la recherche scientifique, fondation du système d’innovation canadien. Mais pour remplir pleinement notre mandat, il nous faut aussi élargir notre soutien afin de répondre aux défis de la modernité.

Notamment, la feuille de route stratégique de la FCI cerne trois domaines dans lesquels le financement de l’infrastructure de recherche continuera d’avoir le même effet transformateur depuis les quinze dernières années sur l’écosystème de recherche et d’innovation canadien. En allant de l’avant, la FCI prévoit :

  • optimiser la capacité de recherche du Canada par une meilleure utilisation et un soutien plus efficace de notre capital d’infrastructure;
  • aider les universités, les collèges et les hôpitaux de recherche à recruter le meilleur talent au monde en leur offrant des installations, des laboratoires et de l’équipement de pointe nécessaires à la recherche et à l’innovation;
  • aider à combler les lacunes sur le plan de l’innovation en examinant la façon dont la recherche entrepreneuriale peut répondre aux besoins commerciaux.

Et il importe tout autant que la FCI continue d’accroître l’influence du Canada dans le secteur de la recherche mondiale. C’est grâce à la collaboration avec des homologues étrangers que les chercheurs canadiens peuvent attirer des talents et des connaissances qui permettent d’accroître la capacité de recherche et d’innovation au pays. En plus d’ouvrir la voie à de nouvelles occasions de recherche et possibilités de marché aux Canadiens, ces partenariats offrent des solutions entièrement canadiennes.

Nous savons que le domaine de la recherche a subi d’importants changements au Canada au cours des 15 dernières années. Et nous savons que nous avons créé un paysage scientifique exemplaire. Mais nous savons aussi que nous avons un problème de productivité qui mérite une certaine attention. Non seulement la FCI doit-elle favoriser la recherche menant à des découvertes de pointe, mais elle doit également créer les conditions nécessaires pour stimuler la recherche et l’innovation entrepreneuriales.

La feuille de route stratégique nous a permis de réfléchir à nos réalisations et de définir quelle approche nous adopterons avec nos partenaires et parties prenantes du milieu de recherche canadien.

La FCI n’a pas forcément toutes les réponses, pas plus qu’elle ne peut s’acquitter seule de la mission de recherche et d’innovation du Canada. Mais en faisant le point sur son rôle et en définissant ses orientations stratégiques, la FCI contribue à élever au rang de priorité nationale la capacité de recherche et d’innovation de calibre mondial du Canada. Elle préserve, par le fait même, la réputation du Canada en tant que destination de choix pour les compétences en recherche de calibre international.

Vous pouvez consulter la feuille de route stratégique de la FCI sur notre site Web au Innovation.ca. Veuillez noter que vous avez jusqu’au 16 février 2012 pour soumettre vos commentaires.

Gilles Patry est président-directeur général de la Fondation canadienne pour l’innovation, la seule organisation qui finance l’infrastructure de recherche de pointe au pays.​